Jaguar I-pace : le félin croqueur de Tesla

0 Lien 0

Celui qui, jusqu’ici, était seul au monde ne l’est plus. Elon Musk doit transpirer, et pas seulement parce qu’en Californie le printemps est chaud. Car le boss de Tesla a désormais un concurrent. Et pas parmi ces petites marques qui, tous les quatre matins dévoilent une nouvelle voiture électrique. Un vrai rival, un solide, qui déboule sur le marché des voitures à watts haut de gamme, comme lui. Et c’est de Jaguar qu’il s’agit. L’anglais désormais indien, vient en effet de dévoiler, et de nous faire essayer son I-Pace, concurrent ultra direct de la Tesla Model-X. Car c’est aussi un SUV, car il a une puissance équivalente et une autonomie qui l’est aussi. Alors ? Le félin va-t-il avaler l’Américain pour son quatre heures ? Objectivement oui. Mais l’objectivité dans l’achat d’une automobile n’est pas toujours le premier critère.

I-Pace Jaguar I-Pace

Jaguar I-Pace : un Ovni électrique

En tout cas, conduire le nouvel I-Pace est l’une des expériences les plus bluffantes depuis un sacré bout de temps. Le regarder aussi. Car il ne ressemble à rien de connu. Un SUV ? pas vraiment. Avec son empattement très long et ses roues rejetées aux quatre coins, c’est du jamais vu. L’Ovni tient du break, du coupé aussi. En le regardant, et en le conduisant. Car un gros engin comme ça, on se dit que, forcement, c’est un boulet, puisqu’il pèse 2,2t. Mais c’est une plume. A cause de son architecture. Les batteries sont réparties sur toute la longueur du châssis, entre les roues. Résultat : l’équilibre général est bluffant. Et pour emporter correctement le bestiau, un moteur à l’avant et un autre à l’arrière font l’affaire. Et quels moteurs. A deux, ils développent 400ch et 696Nm de coupe. Camionnesque. Le 0/100km/h ? Abattu en 4,8s. Oui mais en ligne droite rétorqueront les fourbes (ou les groupies d’Elon Musk). Que nenni.

I-Pace

Un plein pour 12 euros

Démonstration sur le circuit de Portimao au sud du Portugal, réputé pour ses virages vicieux en montagne russe. Ligne droite. L’I-Pace s’élance façon balle de sniper. Freinage. Non seulement l’engin ralentit très fort grâce à sa fonction régénératrice de batteries, mais si on l’aide un peu, il stoppe net, tout en restant en ligne. Virage. Il reste campé sur ses appuis et repart de plus belle, sans broncher, 4×4 aidant. Le bébé s’accroche au parquet, soit, mais dans la vraie vie, celle des routes de tous les jours ? Il est parfaitement fréquentable. Son autonomie annoncée, qui comme les promesses politiques ne sont pas toujours appliquées, est de 480km. On lui en ôtera 100 pour éviter les affres de la panne sèche. Mais on peut les faire à bon rythme, et même roulant plus vite qu’il ne le faudrait. Et après s’être amusé comme des petits fous, et en silence, et après s’être poilé en ne conduisant que d’une pédale (la fameuse récupération d’énergie qui freine), on en vient aux comptes. Un plein de l’engin ? Compter 12 euros. Même ma Clio peut s’aligner. Évidemment, il faut acheter l’auto. Et là, ça pique. Elle démarre à 78 380 euros pour culminer à 102 570 euros. Cher. On se console avec les 6 000 euros de bonus écolo et en se disant qu’elle est moins cher qu’une Tesla. Besoin d’un ventilateur Elon ?

–> Lire essai Jaguar E-Pace

Pas encore de commentaire, soyez le premier à poster !

Réagissez sur cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.