Avec son Levante, Maserati souffle un vent luxueux sur les grands SUV. Le nouveau millésime exacerbe les sensations et nous donne l’illusion d’être à bord d’une sportive. 

SUV Luxe

Trident en avant, boucliers remodelés et nouvelles jantes ajustées, j’ouvre la portière du Maserati Levante S très apprécié par les Nord-américains, premier marché de ce SUV de luxe légèrement plus long qu’un Porsche Cayenne, mais aussi par les Chinois. Sa ligne générale s’éloigne de la fluidité d’une GranTourismo mais rappelle, en revanche, la Quattroporte et la Ghibli. Cette nouvelle version du SUV de Modène dispose de nouveaux feux, d’un levier de vitesse modifié et d’un système d’antidérapage plus raffiné. Pour le reste, on retrouve avec plaisir les codes de la marque, avec ses ouilles latérales et sa calandre imposante où le trident vient se glisser.

–> Lire tous mes essais Maserati

SUV luxe

Maserati Levante S : il va y avoir du sport

Je fais tourner le moteur qui émet un feulement de félin à bas régime et qui s’envole vers des aigües diaboliques en prenant des tours. J’ai enclenché la position S comme sport et les accélérations sont vigoureuses : le 0 à 100km/h est atteint en 5.2 secondes. Ferrari assemble à Maranello ce bijou d’orfèvrerie qui sert de moteur à ce Levante : le V6 biturbo de 430ch qui coiffe la gamme, en attendant la version GTS, avec son V8, biturbo lui aussi, qui culminera à 580ch. C’est vrai, je repense à la concurrence allemande (BMW X6) qui fait sans doute mieux. Mais le charme latin opère et apporte au Levante ce petit supplément d’âme que toutes les autres n’ont pas.

Levante

Le moteur est totalement digne d’éloges. Mais le châssis ne l’est pas moins, tout comme la direction. La suspension pilotée permet de dynamiser le poids lourd (plus de 2 tonnes) et la direction précise fait presque oublier que l’on se trouve à bord d’un imposant SUV. Des miracles qui se paient au prix fort : 105 250 euros pour cette version Granlusso assortie de quelques options.

Petite pause sur un parking champêtre autour de Versailles. Le levante est assurément très regardé. Je propose à un fan de monter dans l’habitacle avec moi. Il découvre l’ambiance elle aussi toute latine, avec des cuirs tendus du plus bel effet. On lui pardonnera quelques emprunts à des marques moins nobles du groupe FCA pour ses commandes, mais Ferrari lui-même a souvent procédé ainsi.

Maserati a donc lui aussi son SUV de luxe, à l’instar des spécialistes du luxe qui n’hésitent plus à commercialiser des SUV. Lamborghini a son Urus, Ferrari songe lui aussi à fabriquer un Crossover et Maserati ne pouvait pas faire l’impasse. C’est chose faite avec ce Levante qui dans cette version S et cette livrée 2019 entend bien s’imposer dans la meute des autos hautes sur pattes et sportives.