Essai Volvo XC40 : l’épouvantail à Allemandes

0 Lien 4

Le trio allemand peut trembler. Seuls au royaume du SUV compact premium, BMW, Audi et Mercedes voient arriver le nouveau Volvo XC40 d’un œil inquiet. Déjà échaudés par le gros SUV suédois XC90, qui se vend mieux que son rival Audi Q7. Refroidis par le XC60, qui démarre sur les chapeaux de roues, les rois du premium ont tout à craindre du petit dernier qui débarque ces jours-ci, et qui risque de faire de l’ombre au BMW X1, le plus vendu du moment, devant l’Audi Q3 et le Mercedes GLA.

SUV premium

Essai Volvo XC40

D’autant qu’un malheur n’arrivant jamais seul, le petit Volvo XC40 est en finale du trophée de la voiture de l’année, remis le 6 mars prochain, et qu’un autre rival, Jaguar E-Pace (que je pars tester rien que pour vous cette semaine) s’apprête à pointer le bout de sa calandre. Reste à savoir si les inquiétudes allemandes ont lieu d’être. Et pour vérifier si les chocottes germaniques sont fondées, rien ne vaut un essai du trouble-fête. Du coup, ne reculant devant aucun sacrifice, je suis partie démêler la vraie qualité suédoise du faux bling bling pseudo haut de gamme jusqu’au fond du Portugal. Et ce n’est pas parce que le soleil s’est exilé là-bas, laissant la pluie s’installer ici que j’ai fui. Pas seulement. C’est surtout pour lui, le nouvel ambitieux.

Volvo XC40 : un design dans l’air du temps

Design Volvo XC40

Et à en juger par sa bonne mine, l’opération séduction semble en bonne voie. Le dessin de l’engin est résolument dans l’air du temps avec son décrochage très prononcé au niveau du flanc qui s’achève par un montant arrière spectaculaire. En plus, pour se démarquer de ses rivaux, il est plus haut, avec une garde au sol de 21cm, la même que le XC60 bien plus grand. Enfin, histoire d’être à la mode du moment, la carrosserie est disponible en bi-ton et comme il se doit, elle a droit à son catalogue de personnalisation. Jusque là, rien de bien neuf sous le soleil, puisque d’autres, beaucoup plus généralistes que ce Volvo, proposent les mêmes ingrédients. Mais c’est à l’intérieur et au volant que l’on toise la différence avec la légion de SUV compacts qui sévissent déjà. La planche de bord est fidèle à la marque, avec ce je ne sais quoi d’ouaté et d’accueillant. Une Volvo, quelle que soit sa taille, est un cocon. Avec son écran vertical de 9 pouces, ses commandes et ses plastiques qui respirent la qualité. Une qualité qui transpire également de la toute nouvelle plateforme inaugurée sur ce modèle.

Essai Volvo XC40

La prendre en défaut ? Difficile, même avec l’un des deux moteurs disponibles pour le moment. Un diesel de 190 ch et un essence de 250ch. Rassurons ceux que ces puissances rebutent : des blocs moins expansifs et moins chers seront disponibles sous peu. En attendant, le châssis CMA (Compact Modular Architecture) supporte sans broncher les puissances avancées, aidées par l’excellente boite auto à 8 rapports. L’auto, pourtant montée sur des échasses, encaisse les virages sans s’écraser sur ses flancs. Rare, même si ses concurrents directs s’en tirent tout aussi honorablement. Mais si le nouveau Volvo ne creuse pas forcément la différence dans son bon maintien routier, il peut compter sur ses astuces de rangement. Cache pour un ordi portable sous le siège passager, boite à gants maousse, corbeille à papier intégrée, il dispose de tout ce qu’il faut, même si, côté coffre, il se contente de la moyenne, avec 460L.

Volvo XC40 : système de conduite semi-autonome jusqu’à 130 km/h

Sauf que les rangements ne sont pas déterminants lorsque l’on s’adresse à des clients premium susceptibles de lâcher, en moyenne, 50 000 euros pour s’offrir une nouvelle auto. Ils veulent de la techno, et du dernier cri en plus. Pour eux, Volvo a équipé son nouveau vaisseau de tout ce qui se fait de plus high-tech. Comme le carplay, la recharge de téléphone à induction. Mais, ces éléments là, tout le monde les propose. Alors le suédois avance son armada sécuritaire en plus, ses nombreux garde fous électroniques et son système de conduite semi-autonome jusqu’à 130 km/h.

Share by Volvo

Vous en voulez encore ? Voilà le Share by Volvo, un système de codage qui permet à tous les amis du proprio de l’auto, de la déverrouiller et de lui emprunter son joujou via un code d’accès par Smartphone. C’est une petite avancée dans l’histoire de l’automobile, mais un grand pas dans l’argument des vendeurs de voitures. Un élément de plus pour faire de ce XC40, le nouvel épouvantail du tri allemand. D’ailleurs le Suédois ne cache nullement ses intentions et son objectif est clair : son SUV compact se doit de devenir le modèle le plus vendu de la marque. Même si, son prix d’attaque est fixé, avant l’arrivée des « petits » moteurs, à 45 100 euros.

Pas encore de commentaire, soyez le premier à poster !

Réagissez sur cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.