Essai nouvelle Volkswagen Polo

2 Lien 0

La 6e version de la Volkswagen Polo a encore grandi et ressemble encore plus à la Golf, sa grande soeur. La nouvelle Polo dépasse désormais 4m pour fêter son 40e anniversaire. J’entends déjà certains m’expliquer que ce ne sont pas 10cm qui vont changer la face d’une voiture et surtout pas la place à bord. Sauf que si : sur cette Polo, c’est l’empattement qui va en progressant.

Polo Volkswagen

A l’avant, rien de bluffant. De la place, le conducteur et son passager en ont. Comme dans l’habitacle de toutes les copines de la même bande : la Renault Clio qui se taille la première place sur le podium des ventes de citadines en Europe, ou comme la Ford Fiesta. Mais c’est à l’arrière que ça décoiffe : les jambes de ceux qui grimpent à bord peuvent remercier les ingénieurs de Wolfsburg.

Nouvelle Polo

Nouvelle Polo : un coffre de 351 litres et plus d’habitabilité à l’arrière

Cette Allemande m’aura vraiment tourneboulée. Evidemment, si cette nouvelle Polo accueille 5 personnes comme elle a le droit de le faire, le passager du milieu, à l’arrière, subira les outrages du tunnel central, puisque sa plateforme doit accueillir un futur SUV 4×4. Mais on ne va pas mégoter et on trouvera toujours à y caser une belle-mère trop acariâtre, un copain de son mari trop envahissant, ou une meilleure amie trop peste dont on veut se débarrasser. Le coffre a lui aussi grandi (351 litres) et on ne trouvera pas de rivale qui propose ce volume. Sauf la nouvelle Seat Ibiza. Une marque du même groupe où l’on ne se prive pas de se chamailler en famille pour faire mieux que les cousins.

Nouvelle Polo

La Polo First Edition qui sera vendue à 1000 exemplaires.

Une auto semi autonome pour la ville et l’autoroute

Mais cette version XXL de la Polo 6e du genre, n’a pas seulement pris une taille supplémentaire pour faire plaisir aux gambettes des passagers arrière. C’est qu’elle ne se comporte plus tout comme une petite auto sur la route. Elle tient son rang comme une compacte. Adieu karting, et bonjour la stabilité en courbe. Et en ville ? Car après tout, c’est, à la base, une citadine. Elle s’en sort un peu moins bien qu’une Fiat 500, mais là ou l’italienne riquiqui baisse les bras, c’est-à-dire à la première quatre voies venue, la Polo vous tend les bras. Et elle a même les équipements qui vont avec. Tous les grigris électroniques des meilleures des compactes sont disponibles sur cette Polo. Les énumérer transformerait cette chronique en un volume d’un bottin téléphonique tellement ils sont pléthoriques. Mais, juste histoire de mesurer le décalage existant avec une concurrence pâlissante, il faut citer le châssis adaptatif et l’instrumentation numérique à la place des bonnes vieilles aiguilles du compteur. Elle peut même devenir semi-autonome : Front assist caché dans le logo avec détection de piétons et freinage d’urgence; freinage anti-multicolision, park assist 3.0, Blind spot detection. Forcément, nombre de ces agréments sont en option et côté tarifs, cette Polo a aussi tout d’une grande. Mais quel que soit la finition choisie, quel que soit le moteur qu’elle cache sous son capot, et elle en a sept, en essence ou diesel, de 65 à 150ch, la nouvelle Polo et ses tarifs haut de gamme gardera son excellente côte maison.

Mais d’ailleurs, pourquoi les Volkswagen se revendent-t-elles toujours aussi chères d’occasion ? Je vais vous révéler leur secret en exclusivité mondiale. Mais surtout ne le répétez pas. En fait, c’est parce que d’une génération à l’autre, elles se ressemblent. Comme cette Polo 6 ressemble à la Polo 5. Du coup, celui qui achète d’occasion le modèle précédent n’aura pas à rougir face à son voisin, étant donné que les différences avec l’engin flambant neuf de ce dernier sont minimes. Une gloriole qui se paie au prix fort d’une valeur résiduelle élevée.

Niveau coloris, 14 teintes sont disponibles dont 8 nouvelles. L’orange énergie étant, à mon sens, la plus fun.

J’ai aimé : – La grande douceur de l’ensemble moteur TSI 115/boîte DSG et la consommation raisonnable (environ 6l/100km).

                      – Le nouvel écran tactile de 8 pouces qui se montre très réactif et offre une grande lisibilité.

Tarifs

La Polo d’entrée de gamme commence  à 14430 € avec le petit bloc essence de 65 ch et en finition Trendline. Mon modèle d’essai avec le TSi 95 et la finition First Edition (réservée au lancement) atteint 19000 €. Les finitions Carat, R-Line et Carat Edition dépassent 20000, voire 21000 € avec la même motorisation. Certes, c’est plus cher qu’une Clio ou qu’une 208, mais sensiblement moins qu’une Audi A1 ou qu’une Mini 5 portes. A ce propos, la nouvelle Polo n’est disponible qu’en 5 portes.

Retrouvez ma chronique dans les pages du Moniteur Automobile.

2 Comments
  • essaisautos
    octobre 27, 2017

    J’ai eu l’occasion de la découvrir en avant première et comme vous j’ai été stupéfait par la taille du coffre et l’espace à l’arrière. Une vraie petite compacte ! 🙂

Réagissez sur cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.