J’adore les japonais. Il y a toujours un moment, où ils vont partir dans des délires incroyables. J’aime ce côté déjanté et inattendu inhérent à leur culture.

Un look audacieux, des lignes modernes, une pêche incroyable et un certain confort. Les Japonais apprécient l’âme du mouvement et ça se sent ! Dans cette berline familiale 4 portes, le design « kudo » semble plus au point que jamais. Immobile devant le Trianon dans sarobe « Stormy blue« , ma Mazda6 paraît déjà en mouvement. L’habitacle, agréable à l’oeil et au toucher, joue la note épurée.

On a des sensations et on fait aussi sensation au volant de la Mazda6. Preuve que son look a du caractère.

Son profil et l’arrière sont réussis : cette voiture plantureuse  possèdant des lignes intéressantes. D’ailleurs des ados la regardent passer avec la flamme dans les yeux lorsque je pars en direction de la Vallée de Chevreuse. Cette Mazda6 a des traits jeunes, très tendance…

Au volant de la Mazda6, on est branché ! Et lors du 13ème Sommet Mondial pour la Paix, Sharon Stone a pu en profiter !

Essai Mazda 6

Confortable aussi à l’arrière

Départ sur les pavés qui ne mettent en valeur aucune voiture. Je me crispe un peu : la Mazda6 est-elle confortable ? Affirmatif : mon corps se laisse envelopper dans ses cuirs moelleux et les suspensions correctement ajustées permettent une conduite fluide et souple.

Surprise : les places arrière sont encore plus agréables ! Mettez en place l’accoudoir central où surgissent deux emplacements pour les gobelets, et profitez du voyage avec un petit air provenant du toit ouvrant.

A la place conducteur, la nouvelle Mazda6 avec son volant fin paraît légère comme une ballerine sur la route. J’oublie son gabarit relativement imposant à cause de sa grosse calandre et je me faufile dans une ruelle minuscule de Monfort L’Amaury.

Sur la route, l’auto a du répondant et attaque sans forcer. Nouvelle bonne note pour sa boîte automatique qui est excellente.

Un petit bémol pour le siège passager que l’on ne peut étonnamment pas régler en hauteur. Dommage. Au feu rouge, le stop and start se met en route : la Japonaise se la joue ultra-sobre (système i-ellop).

essai mazda6

Un coffre à garde-robe dans la Mazda6 Wagon

Pas de problème pour embarquer un maximum de bagages : le coffre de la nouvelle Mazda6 est très long. Le hayon est simplement un peu petit. En revanche, vous appuyez sur des boutons et les deux sièges arrière se rabattent.

Si vous avez besoin d’emporter un maximum d’affaires, tournez vous plutôt vers la Mazda6 Wagon dont le hayon s’ouvre plus largement et qui offre des crochets pour éviter que les courses ne se promènent. Le look de cette version break n’a d’ailleurs pas à pâlir face à celui de la berline. Que ce break est joli !

photo-Mazda6-wagon

 

Je sais, je n’ai pas beaucoup de photos à vous proposer. La faute à mon iphone qui se décharge trop vite ! Pardon 😉

J’ai aimé : son look audacieux, ses lignes modernes, son confort et sa pêche.
J’ai moins aimé : le siège passager qui ne se règle pas en hauteur.

Tarif : à partir de 28 500 euros (finition Harmonie)
Ma version à l’essai : Finition Sélection, Skyactive diesel, 175ch, 36 100 euros.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here