Essai Toyota C-HR hybride : pourquoi il va te plaire

0 Lien 0

Si tu en as marre des berlines, j’ai ce qu’il te faut : le C-HR de la maison Toyota. C’est la même plateforme que la Prius, juste surélevée de 2.5 cm, mais avec un design exubérant capable de séduire aussi bien les filles que les garçons, les seniors comme les jeunes, les célibataires comme les familles. Ce crossover compact agréable à l’oeil (les passants se retournent), a du style. Petite anecdote : pour faire mon shooting photo, je me suis garée à quelques mètres d’un joli monument alors que je n’en avais pas le droit. A peine avais-je enclenché le frein à mains électrique que la police a débarqué pour me demander de déguerpir de là. Mais avant de me laisser partir, les deux policiers ont exigé de s’installer dans l’habitacle et m’ont posé une tonne de questions (dans un anglais aussi médiocre que le mien) sur ce C-HR ovni.

–> Lire mon essai sur la Toyota Prius

ch-r-toyota-7

C-HR : mes impressions

Confortablement assise, j’ai devant moi une planche de bord épurée avec un écran de 8 pouces tourné vers le conducteur. Niveau qualité de fabrication, rien à dire : le Toyota C-HR a fait un gros bond en avant par rapport au reste de la gamme. La boîte à gants se fond dans le décor : le bouton pour l’ouvrir est bien caché, ce qui contribue à cet effet « épuré ». Un insert argenté court le long du tableau de bord pour une touche raffinée. Et dans les contre-portes, les plastiques jouent les effets diamant.

Je branche la sono JBL. Et c’est sur Heroes de David Bowie que mon crossover compact prend la route en mode électrique durant 3 kilomètres. Le moteur thermique d’une puissance de 122 ch prend le relais : suffisant pour se sortir des situations délicates. La conduite se veut zen et la boîte e-CVT m’a plutôt convaincue : passages fluides et rapports étagés. C’est en ville que la version hybride est la plus merveilleuse, avec son silence et sa douceur héritée de la Prius. Les énervé(e)s se rabattront plutôt sur la version 1.2 turbo essence de 116ch et sa boite manuelle. Même si elle est un peu plus gourmande, elle se contente de 7L/100km, alors que l’hybride ne dépasse pas les 5l en conduite sympathique.

–> Lire mon post Pour le Toyota C-HR, JBL réinvente la salle de concert

Ce qui m’a le plus bluffée et te bluffera aussi : la tenue de route. En dotant son SUV d’un centre de gravité bas, Toyota permet au C-HR de tenir le pavé. Bien aidée par une direction précise et un train avant accrocheur.

Tout aussi bluffant : les places arrières sont gigantesques et deux passagers s’y tiendront à l’aise même sur les longs trajets. Ils pourront également compter sur un coffre dans la norme, même s’il doit embarquer les batteries du système hybride.

Quick Vidéo (juste pour que tu vois le C-HR presque en vrai)

1 chiffre

Depuis 2010, le segment des SUV a été multiplié en volume par 4 pour atteindre aujourd’hui 600 000 unités par an, soit plus d’une 1 vente sur 4 en France.

ch-r-toyota-2

C’est quoi le Toyota C-HR ?

Puisque tu es curieu(x)se, je te dévoile la signification de C-HR : Coupé High Rider.
Il appartient au segment Crossover compact (4.36 m de long).
Ses concurrents : Kia Niro, Nissan Qashqai, Audi A3,VW Golf, Range Rover Evoque et Mini Countrtman

Pour qui ?

  • « Les couples de 35-45 ans », très actifs, au style de vie urbain, qui souhaitent réussir tout en aimant s’amuser.
  • Les « adultes matures », pour qui l’esthétique et le raffinement sont primordiaux dans leur choix de produits.

Tarifs

28 500 € pour l’hybride.

4 finitions

Une finition de base « Active » embarque en plus de certains équipements de confort (climatisation, connexion bluetooth) 9 airbags et le pack de sécurité « safety sens » partiel. Ce dernier intègre le système de pré-collision avec détection des piétons, l’alerte de franchissement de ligne avec aide au maintien dans la file et détecteur de fatigue, la gestion automatique des feux de route et le régulateur de vitesse adaptatif.

Le niveau supérieur « Dynamic » (+ 3 000 €) s’enrichit de la climatisation automatique, de l’écran tactile 8 pouces avec système multimédia Toyota Touch 2 et caméra de recul, du détecteur de pluie, de l’allumage automatique des phares et du pack de sécurité « Safety sense » complet qui ajoute la lecture des panneaux de signalisation.

Les finitions « Graphic » et « Distinctive » sont au même tarif (+ 3 000 € par rapport à la finition Dynamic) mais s’orientent chacun vers un univers bien spécifique. Le niveau « Graphic » se distingue par une carrosserie bi-ton avec toit noir et jantes 18 pouces. D’autres agréments comme le détecteur d’angles morts, les sièges chauffants, le système d’aide au stationnement intelligent et l’ouverture/fermeture sans clé sont de la partie. Le niveau « Distinctive » embarque les mêmes technologies mais joue la carte du raffinement avec des jantes 18 pouces spécifiques, un purificateur d’air ionique et des sièges chauffants mi-cuir/mi-tissu brun et noir.

 

 

Pas encore de commentaire, soyez le premier à poster !

Réagissez sur cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.