Les normes antipollution sans cesse durcies et appliquées sur la base d’un très vieux cycle NEDC datant de 1973, sont bien éloignées des situations réelles de conduite. Exemple révélateur : le cycle NEDC consiste à faire rouler une auto à 33km/h de moyenne pour atteindre les 50km/h en 26 s sur une distance totale de 11km avec un véhicule choisi en version la moins équipée à l’arrêt un quart du temps. Le scandale Volkswagen aura eu au moins un avantage : mettre le doigt sur l’incohérence des normes antipollution. Heureusement, un nouveau cycle de mesure nettement plus réaliste va voir le jour en 2017. Il s’appellera WLTC et sera réalisé sur une distance plus longue, à une vitesse moyenne supérieure et dans des conditions plus exigeantes. Le but : se rapprocher de l’usage réel. Un cycle supplémentaire appelé RDE (Real Driving Emissions soit émissions en conduite réel) sera également ajouté pour tester les taux d’émissions polluantes en usage réel avec des contraintes identiques à celles des automobilistes. Une bonne façon de dissuader les constructeurs automobiles d’abaisser artificiellement la consommation et la pollution.

Notre voiture : la meilleure usine antipollution

Mais la meilleure usine antipollution se trouve dans la voiture elle-même. Car nos voitures contemporaines sont bardées de solutions technologiques pour contrer les émissions polluantes. Regardez tout ce que les diesel possèdent comme barda :
1- Pour abaisser la quantité de NOx : la vanne EGR qui fait recirculer une partie des gaz d’échappement dans la chambre de combustion. Le piège à NOx (NOx trap) qui stocke les NOx pour les transformer en azote à l’aide d’un catalyseur. Le système SCR qui, avec un réservoir d’eau et d’urée, transforme l’azote en eau.
2- Pour lutter contre les particules fines : le filtre à particules PSA est le seul à utiliser un additif. Les autres se situent sur la ligne d’échappement et capturent les particules générées par la combustion.
3- Pour lutter contre les hydrocarbures et le monoxyde de carbone : les voitures diesel possèdent un catalyseur d’oxydation. Cette même problématique se retrouvent sur les véhicules essence qui utilisent un catalyseur 3 voies pour réduire les NOx (oxydes d’azote) en azote.

 

1 COMMENT

  1. Vous oseriez respirer les vapeurs émises par une voiture diesel garée dans votre salon ? Répondez franchement !

Comments are closed.