Alerte enlèvement. Ma nouvelle Audi TT de couleur rouge a disparu depuis trois heures, en plein coeur de Paris. Je n’ai pas bu (et mon surnom n’est pas Sue Ellen), je n’ai pas alzheimer (c’est quoi son prénom déjà ?), je ne suis pas folle (quoique) et personne n’a rien remarqué de suspect, même pas le chat de gouttière qui me regarde avec dédain, comme si j’étais une pauvre fille. Alors si vous avez l’âme de Colombo ou de l’inspecteur Derrick et que vous avez pitié d’une jeune femme qui n’a plus d’auto pour rentrer au chaud chez elle, help me ! Forte récompense à celui (ou celle) qui retrouvera mon coupé.

Rendez-vous galant au commissariat un soir de pluie

Imaginez la scène. Je viens de me faire larguer par mon copain à la Coupole, il pleut à verse, je n’ai pas de parapluie, mes talons me font mal aux pieds et il est 2 heures du mat. Comble de la galère : on m’a volé ma voiture dans le 15ème, un quartier réputé calme. Au point où j’en suis, je me rends directement au commissariat, en pleurs. Et là, surprise, le beau flic en uniforme me lance avec un grand sourire : « Mademoiselle, ne vous inquiétez pas ». Je sèche automatiquement mes larmes et lui souris aussi. Ce doit être mon ange gardien, l’homme de ma vie ! Ce charmant jeune homme brun aux yeux verts d’1.85m environ, sans alliance (j’ai l’oeil pour certaines choses moi aussi) vient de me rassurer en une seule phrase. Un amour. Malheureusement, il a cru bon d’ajouter : « Votre auto est au chaud à la Fourrière municipale de Balard ». Gloups. Mais qu’est-ce qu’il me raconte celui-là. Je sais bien qu’un commissariat n’est pas un lieu de Speed Dating mais il vient un peu de se griller. Au lieu de me dire des mots tendres, il ose me parler de fourrière municipale ? Je crois rêver. Et voici qu’il ajoute : «  J’ai juste besoin de votre Permis de Conduire et de votre certificat d’immatriculation pour vous donner l’ordre de sortie« . Et si je lui mettais une gifle ? En fait je le déteste celui-ça ! Vous avez vu comment il a transformé un moment super galant au commissariat ? Et monsieur dans sa tenue ridicule de flic étriqué ne me propose même pas de me déposer à la fourrière municipale ?  Tant pis pour lui. Il l’aura voulu : je tourne les talons et préfère encore affronter la pluie plutôt que de croiser plus longtemps son regard. De toute façon, ses yeux étaient même pas verts. Plutôt vert kaki. Voire vert caca d’oie. Voilà !

Malgré tout, je suis quand même soulagée : on ne m’a pas volé ma voiture.

Malgré tout, je ne suis pas du tout soulagée : je suis toujours à pieds, toujours célibataire, il pleut encore des trombes, il n’y a ni bus ni métro et mon bolide me manque.

Comment j’ai récupéré ma voiture à la fourrière municipale de Paris Balard

En marchant seule dans la nuit en direction de la fourrière municipale de Paris Balard qui se trouve rue Ernest Hemingway (cliquez ici pour en savoir plus) – l’écrivain qui a dit un jour  » Un homme ça peut être détruit, mais pas vaincu » – je suis tombée nez à nez avec mon ex de deux heures. Humain, il m’a proposé une dernière balade romantique en voiture en direction de la fourrière pour retrouver mon Audi TT emprisonnée.

Fin à la Française : j’ai récupéré ma voiture mais pas mon copain.

2 COMMENTS

  1. On a juste envie de lire la suite : le racket de la fourrière et les tracasseries administratives sans fin.

Comments are closed.