Ça va de pair avec les défis écologiques des années à venir. Les constructeurs automobiles conçoivent désormais des véhicules visant à optimiser la consommation d’énergie, que cela soit les véhicules destinés aux particuliers, comme aux professionnels, avec pour objectif ultime, la réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Les véhicules hybrides ont désormais le vent en poupe. Découvrons ici quels sont leurs avantages par rapport aux véhicules avec un moteur thermique. 

Les voitures hybrides à distinguer des hybrides rechargeables qui nécessitent, comme son nom l’indique, d’être rechargées régulièrement.

Le moteur hybride, un concentré de technologies

Un moteur hybride fonctionne à l’aide de deux énergies complémentaires :

  1. L’énergie électrique, qui participe à la locomotion des roues en vitesse basse, et durant certaines manœuvres (comme par exemple les phases d’accélération).
  2. L’énergie thermique, et permet d’assurer l’essentiel des trajets ainsi que la recharge des batteries. Ce sont précisément ces batteries, qui, une fois rechargées complètement, redistribuent l’énergie au moteur électrique ainsi qu’à divers équipements indispensables à la sécurité – comme par exemple l’éclairage ou le fonctionnement électrique des vitres.

Ainsi, le conducteur a la possibilité de choisir le type de conduite en fonction de son trajet, et peut ainsi réserver l’utilisation de la version essence/diesel pour les longs trajets, et l’électrique pour les trajets en ville, du quotidien.

L’hybride, un marché porteur en France 

Selon les données recueillies par le Comité des constructeurs français d’automobiles (CCFA), on estime que la part des véhicules électriques, hybrides et hybrides rechargeables a triplée entre l’année 2019 et l’année 2020, passant de 7,6% à 21,5%.

Ainsi et rien que sur l’année 2020, la vente de véhicules dits « écologiques » a connu une poussée de plus de 20%. Durant la même période, on observe tout naturellement une diminution progressive de la vente des véhicules utilisant une énergie de type diesel ou essence. Ainsi, la vente de véhicules essence en 2019 en France représentait encore près de 57,9%. En 2020, cette proportion passe à 46,9%.

La France reste toutefois en retard par rapport à d’autres pays voisins en Europe. En effet et selon les chiffres fournis par l’Association des constructeurs auto-européens (ACEA), la vente de véhicules électriques représente d’ores et déjà plus de 25% des parts de marché, dépassant allègrement la vente de véhicules diesel. 

L’hybride représente de nombreux avantages

Pour les particuliers comme pour les professionnels, l’utilisation d’un véhicule utilisant la technologie hybride présente bien des avantages.

En premier lieu, il faut signaler l’importante réduction de consommation de carburant – on estime par exemple qu’une Yaris Hybride consomme en moyenne jusqu’à 4,3L / 100 km, contre 5,7L pour un modèle Yaris équivalent, utilisant une technologie non hybride en cycle mixte.

L’utilisation de la technologie hybride permet également d’améliorer le confort de conduite en ville à basse vitesse. On peut facilement le constater grâce la fluidité de la propulsion et le silence général. Les différentes manœuvres en agglomération s’en trouvent également facilitées.

Autre avantage certain des véhicules hybrides sur les véhicules 100% électriques : ils ne nécessitent aucune recharge sur prise, étant donné que c’est le moteur thermique qui assure le rechargement des batteries dans le cas présent.

Pour les professionnels en recherche de solutions attractives, les véhicules hybrides constituent également un avantage certain sur le plan fiscal. Ainsi, selon le niveau d’émissions de CO2 du véhicule hybride, l’entreprise peut espérer obtenir une réduction partielle voire totale de la taxe sur les véhicules de société (TVS). Pour obtenir une réduction totale, le véhicule hybride ne doit pas émettre plus de 50g de CO2 / km selon la norme établie par WLTP (Worldwide Harmonised Light vehicules Test Procedure). 

Conclusion

Ainsi, si l’achat d’un véhicule hybride représente un réel investissement sur le long terme, elles apportent une solution concrète aux défis écologiques que l’Europe doit relever dans le futur. Les aides de l’État comme le bonus écologique et la prime à la conversion sont autant d’argument pour pousser les français à se tourner vers des véhicules plus verts.

Article sponsorisé