Et si le diesel était plus propre que l’essence?

6 Lien 40

Ecoutez la télé, la radio, lisez les médias : le diesel n’est plus en odeur de sainteté en France. Diabolisé, il est soudain devenu le bouc émissaire idéal de la pollution. « On fait peur aux gens et on diabolise le diesel au moment où les équipementiers et les constructeurs ont fait des progrès considérables« , regrette Fabrice Godefroy, Directeur Général d’un grand groupe de pièces détachées et à la tête de l’Association Diéseliste de France. « C’est comme si on comparait le Minitel et Internet, explique-t-il pour expliquer métaphoriquement la différence entre l’ancien et le nouveau diesel. C’est le même support mais il n’a rien à voir sur le plan de l’évolution et des possibilités« .

Diesel polluant

Fabrice Godefroy, Président de l’Association Diéseliste de France.

Fabrice Godefroy, présentez nous l’Association Diéseliste de France

F.G – Tout d’abord, il faut savoir qu’il existe en France 250 diéselistes, c’est à dire 250 spécialistes du véhicule diesel. L’Association Diéselistes de France a été créée en 2012. A l’origine, elle n’avait pas pour vocation de défendre le diesel mais de soutenir les métiers en lien avec le diesel. Mais suite au fameux pic de pollution qui a eu lieu le 5 avril 2013, nous avons décidé d’organiser « Les premiers Etats Généraux du diesel » pour combattre les idées reçues. Nous avons réuni des experts autour d’une table ronde et expliqué les évolutions technologiques pour dépolluer.

Que pensez-vous de la polémique actuelle sur le diesel ?

Que c’est une polémique qui aurait été juste il y a dix ans. En effet, à cette époque là, les véhicules diesel rejetaient des particules fines et de l’Oxyde d’azote. Mais qu’aujourd’hui, c’est une erreur insupportable de stigmatiser le diesel. On culpabilise les automobilistes qui roulent au diesel alors qu’il y a deux générations de diesel : l’ancienne qui préchauffait, fumait, claquait à froid et la nouvelle qui répond à des normes obligatoires. Aujourd’hui, avec la dernière norme antipollution Euro 6 (ndlr, concernant les modèles homologués depuis le 1er septembre 2014), il y a, en effet, obligation à dépolluer les véhicules. Mais la norme Euro 5, entrée en vigueur en 2009, fixait déjà des limites maximales de rejets polluants.

« Il ne faut pas confondre ancien et nouveau diesel »

Le diesel actuel serait donc parfait ?

L’automobile en général a représenté 20 à 25 % de la pollution. Ces dernières années, il n’y a pas plus de voitures sur les routes, pourtant il y a des pics de pollution. Il faut bien sûr regarder du côté des usines, du chauffage urbain, des cheminées d’usine… Disons qu’un véhicule diesel actuel est moins polluant qu’un véhicule essence. Car dans les nouveaux moteurs essence, le système d’injection direct émet des particules. Sur les voitures essence, il faut savoir qu’il n’y a pas d’obligation de mettre des FAP (Filtres à Particules). Notre Association Diéselistes de France n’est pas pour le diesel à tout prix. Les petits rouleurs (5000 km/an) n’ont absolument pas besoin d’une voiture diesel. Nous voulons juste insister sur le fait qu’il ne faut pas confondre ancien et nouveau diesel.

1/3 du parc automobile français est encore constitué de véhicules diesel datant de plus de 10 ans. Que faire ?

Il existe plusieurs solutions :
La première, rajeunir le parc automobile français par des primes à la casse ou des incitations fiscales pour racheter un véhicule diesel d’occasion datant de plus de 2004.
La deuxième, utiliser le rétrofit déjà très au point en Angleterre ou en Allemagne. Il s’agit de filtres à particules à adapter sur d’anciens véhicules. Bien sûr, pour inciter les automobilistes à dépenser 400 euros pour cela, il faudrait qu’il existe des zones à faible émission dans les grandes villes par exemple. De nombreux bus et camions français sont déjà équipés de Rétrofit.

Le diesel est loin d’être fini

Quel est l’avenir du diesel ?

Le diesel possède plusieurs intérêt. Premièrement, pour les entreprises qui récupère la TVA. Mais aussi parce que le diesel consommera toujours entre 20 et 25% de moins que l’essence. Autre atout du diesel sur l’essence : le CO2. L’essence en produit 25% plus. Malgré la polémique, ce serait un contre-sens écologique et économique de stopper le diesel en France. L’usine allemande de l’équipementier Bosch, installée en France à Rodez, emploie 1500 personnes travaillant sur les systèmes à injection direct. Et cette entreprise connaît  une croissance à deux chiffres car les bons de commandes pour le diesel sont de plus en plus nombreux. Le diesel est donc loin d’être fini !

Le prochain problème lié aux particules fines touchera la liaison au sol des voitures

Ce matin, j’ai entendu sur RMC un invité qui affirmait que les particules fines émisses par les véhicules diesel pouvaient se faufiler dans le sang, monter au cerveau et provoquer un AVC directement. Que répondez-vous à cela ?

Que l’on dramatise complètement la situation. Et que tout un chacun ferait mieux alors de ne plus consommer de dentifrice, de bonbons, de chewing-gum et ne devrait plus porter de vêtements, car ces nano particules (E171, dioxyde de titane) dont parle l’invité d’RMC, on les retrouve partout autour de nous. Pour rappel, la Norme Euro 6 a mis au point des filtres à particules bloquant 99.9% des particules fines.
Le prochain problème lié aux particules fines touchera la liaison au sol des voitures. Avant les plaquettes de frein étaient à l’amiante. Aujourd’hui, elles sont au cuivre. Regardez la couleur de vos jantes après avoir roulé. Il s’agit de problèmes liés à l’éco-friction. Mais il existe des solution : un équipementier français a notamment inventé un aspirateur à particules de la liaison au sol.

6 Comments
  • Bug Danny
    janvier 9, 2015

    Rouler en ville avec du Diesel est une aberration. C’est fait pour les longs trajets à vitesse élevée. Le cantonner dans ce rôle serait bénéfique pour la population. Rouler en ville avec une énergie n’émettant pas ou peu de particules fines est à privilégier. On entend alors « mais il faut avoir 2 voitures », oui comme 40% des foyers en France. Un des 2 pourrait être électrique pour les trajets quotidiens. « Et comment feraient ceux qui n’ont qu’un véhicule électrique ». Et bien ceux-là font … déjà … de la location de voiture thermique pour les longs trajets, prennent le train ou l’avion. Car oui, le nombre de foyers ne possédant qu’un seul véhicule, et qui soit électrique, est en augmentation. Les gens ne veulent plus être aussi dépendant du pétrole. Même si son prix baisse actuellement.

  • Bug Danny
    janvier 10, 2015

    Info intéressante: les propriétaires de Nissan Leaf font plus de kilomètres par an que le conducteur moyen en véhicule thermique:
    – 16 588 km VS 12 699 km en France
    – 19 084 km VS 9 928 km en Espagne (quasi le double)
    – 14 508 km VS 11 581 km en Allemagne

  • Anne-Charlotte Laugier
    janvier 10, 2015

    Quelle est l’explication à cela ?

  • Bug Danny
    janvier 11, 2015

    Pour moteurnature c’est de vouloir rentabiliser l’achat. Mais je pense plutôt que c’est l’agrément de rouler en VE, sans bruler de pétrole, qui l’emporte. Le VE acheté en »deuxième » voiture devient rapidement la voiture principale du ménage. Avant les km annuels étaient mieux reparties entre les 2 voitures, maintenant c’est l’usage du VE qui est privilégié au maximum. Le véhicule thermique, moins « confortable », n’est utilisé quand dernier ressort. Mais le kilométrage total, lui, ne change pas.

    http://www.moteurnature.com/actu/uneactu.php?news_id=27729

    • Bug Danny
      janvier 11, 2015

      Je rajouterais que nombre de zoé sont utilisées dans le cadre professionnel, donc avec beaucoup de kilométrage annuel. Exemple: l’infirmière du village fait sa tournée en zoé: 20.000km/an !

  • Anne-Charlotte Laugier
    janvier 12, 2015

    Merci pour toutes ces infos Danny

Réagissez sur cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.