Sauter dans un camping-car avec les enfants et partir à l’aventure, c’était mon obsession depuis un an. Inconsciemment, cette nouvelle grande tendance (en France et en Europe) a dû déteindre sur moi. Ces dernières années, les véhicules de loisirs (mobile home, caravane et camping-car) ont le vent en poupe. Découvrir de nouveaux paysages, faire étape sur un site sauvage… telle était mon irrépressible envie.

Le camping-car n’est pas réservé aux retraités

Comme beaucoup d’entre vous, je n’ai pas la possibilité de partir plus de trois jours. Il me fallait donc des vacances compressées mais excitantes et revitalisantes. Du coup, j’étais complètement euphorique à l’idée de m’évader quelques jours à bord du Challenger 388EB prêté par Hertz. Je n’avais qu’une envie : partager un moment intense avec mes enfants et longer la côte normande (distance raisonnable d’Auxerre) sans trop prévoir là où nous allions poser notre maison sur roues pour dormir.

Voyage camping-car

Le Permis B suffit pour conduire un camping-car

Pour les caravanes aussi, si la somme des deux PTAC (voiture + caravane) reste sous la barre des 3 500 kg

C’était, je l’avoue timidement, ma toute première fois en camping-car. Baroudeuse, j’ai beaucoup dormi sous la tente, dans ma jeunesse, lorsque j’escaladais les montagnes. Mais je n’avais encore jamais eu l’occasion de passer derrière le volant d’un engin de 7.49m de long ni de vivre dans 6 m2 à 5, avec mes trois enfants de 4, 6 et 15 ans. Et franchement, il n’y a pas que les retraités qui peuvent prendre leur pied. En tribu, c’est une aventure vraiment géniale.

        Premières impressions à bord du camping-car

Voyager en camping-car est le grand plaisir des enfants qui peuvent jouer tout en observant le paysage. Malheureusement, la loi interdit de rester coucher dans les lits...
Voyager en camping-car est le grand plaisir des enfants qui peuvent jouer tout en observant le paysage. Malheureusement, la loi interdit de rester coucher dans les lits…


   Lorsque l’on conduit une citadine au quotidien et que l’on se retrouve aux commandes d’un camping-car, il faut s’habituer au gabarit et bien assurer les manoeuvres. Le rétro intérieur ne donne évidemment pas vue sur la route mais sur la table qui se trouve derrière votre siège (et sur laquelle devrait jouer vos enfants, tout en étant attachés). On peut donc seulement se fier aux deux rétro extérieurs. Pour les marches arrière, l’idéal est de faire guider par quelqu’un. (A moins que vous ne disposiez d’une caméra de recul). Niveau moteur, les 130 ch de mon Challenger étaient suffisants. A 120km/h, ça tangue comme un bateau. La direction nous échappe, les voitures qui nous doublent nous font trembler. Ca surprend !

Conduire un camping-car : rien de sorcier. D'ailleurs j'ai croisé beaucoup de conductrices.
Conduire un camping-car : rien de sorcier. D’ailleurs j’ai croisé beaucoup de conductrices.

–> Conseils : Sur l’autoroute, il faut penser à emprunter le péage réservé aux camions. Il faut également sans arrêt lire la hauteur des ponts. Mon Challenger faisait 3 mètres de haut. Attention de ne pas transformer votre camping-car en décapotable (notamment à l’entrée d’un parking). Dernière chose : s’engager dans les centres-villes peut s’avérer piégeux. Vous pouvez rapidement vous retrouver coincer à cause d’une voiture mal garée ou des bornes anti-stationnement.

manoeuvre camping car
Elle est pour qui la médaille de la meilleure chauffarde de camping-car, hein ?

 

  • Mes sensations après quelques kilomètres de roulage
    A bord d’un camping-car,  on croque les paysages comme rarement ! Les grandes baies vitrées, la vitesse modérée, la disposition de l’habitacle permettent à tous les passagers de se sentir bien. Comme il n’y a aucune contrainte de réservation et donc aucune contrainte horaires, on peut prendre le temps de s’arrêter pour visiter un lieu insolite.Les enfants ont rapidement été complètement accrocs. Pour eux, c’est une cabane à leur dimension. Une cabane très bien aménagée d’ailleurs : le Challenger fait parti de la famille Profilé avec lit central et douche indépendante. J’ai apprécié la climatisation réglée sur 20 qui nous a permis de ne pas avoir froid la nuit. Son originalité : une salle de bains transversale avec lavabo en îlot central, très design et fonctionnelle. Très fonctionnel aussi le lit central réglable en hauteur permettant de moduler le volume de la soute pour accueillir 2 vélos par exemple.
  • La vie à bord du camping-car
    camping-car-7

    Les claustrophobes ne raffoleront pas du camping-car (pas plus que du camping en général). L’espace est confiné pour dormir (surtout dans le lit suspendu central). Pour s’habiller ou se doucher, il faut à peine bouger, toujours se faufiler. A cinq, avec les deux garçons qui gambadent partout et tout le temps, c’était parfois usant. Pas de télé dans le Challenger. Une façon supplémentaire de changer nos habitudes de vie. Jeux en tout genre sont les bienvenus. Les deux sièges avant se retournent complètement pour fabriquer un petit salon chaleureux.
    camping-car-17
    –> Entretien. Il y a 2/3 gestes essentiels à faire pour entretenir un camping-car. Bien sûr, il faut ranger et laver sans arrêt. Contrairement à moi il faut être très organisé. Le moins agréable : « la cassette » alias les toilettes à vider. Il faut également vider les eaux usées et remettre de l’eau neuve.
    –> A prévoir absolument : éponges, Sopalin, sac poubelle, serpillère, produits vaisselle et sols. Pour ma part, j’ai passé mon temps à laver le sol car il pleuvait parfois dehors et les enfants ne prenaient pas le temps de retirer leurs chaussures.
  • Où stationner pour dormir ?
    camping-car-20
  • Le soir venu, le plus difficile a été de trouver un lieu où l’on a le droit de se garer pour dormir. Dans mes rêves, j’imaginais mon camping-car face à la mer. Dans la réalité, il faut dénicher un endroit où l’on a la place de se garer mais aussi le droit. Un camping car étant assimilé à un véhicule, on peut dormir là où les voitures ne sont pas interdites la nuit, à la condition expresse de ne rien avoir d’apparent qui indique que l’on campe : linge à la fenêtre, table et chaises sur le trottoir… Hors saison il est facile de s’arrêter dans un port, ou dans une ville. Même en haute saison dans les villages peu fréquentés, visez le parking de la place de l’église, ou du cimetière, ou du complexe sportif, ou de la salle des fêtes. Vous pouvez également viser
    – Les sites touristiques (châteaux, grottes etc…) ont très souvent un parking proche ; y passer la nuit est rarement interdit
    – En montagne, c’est possible très souvent en haut des cols, et au départ des télésièges
    – Les départs de circuits de randonnées, il y a presque toujours un parking au pied
    En revanche, il est interdit de stationner à moins de 500 m d’un site historique (sauf en campagne)
    –> Le premier jour, à Honfleur, nous avons choisi de stationner dans une gare réservée aux camping-cars. Nous étions environ une soixantaine. L’avantage c’est qu’il y a tout ce qu’il faut pour vidanger notre maison sur roues. L’inconvénient, c’est que c’est assez similaire au camping : il faut cohabiter et avoir vue sur les autres. Le matin, dans mon poum poum short, avec les enfants qui ouvrent la porte, ce n’était pas top de saluer mon voisin également en mini short.

    Bilan de mon road-trip en camping-car : c’est totalement dépaysant et rafraîchissant. A tester un week-end avec les enfants !

  • Une solution originale

    Autre solution très conviviale et unique en son genre : l’hébergement gracieux chez 900 viticulteurs, 800 éleveurs et producteurs divers, 250 artisans grâce à la société France Passion qui rencontre un immense succès auprès des camping-caristes français et étrangers.

    Les camping-caristes peuvent ainsi profiter, pour une nuit ou deux nuits, de cet accueil réparti sur tout le territoire.

    Ils peuvent également s’initier à de nombreuses activités : oenologie, peinture, tissage, traite, poterie, cours de cuisine du terroir, pêche, balade à dos d’âne ou descente de cours d’eau en canoë.

    Il leur suffit seulement de se procurer le carnet d’invitations qui répertorie tous les adhérents pour profiter de cette offre (de Pâques à Pâques ).

    1915 étapes, plus de 9 000 emplacements, dans 91 départements pour des étapes conviviales, tranquilles et gourmandes.

4 COMMENTS

  1. Bonjour . Le prix reste t’il convenable? Ou gros budget ? Quand est t’il des nuisances sonores ? Pour le véhicule Fiat je le trouve économique et j’aime bien le poste de conduite ainsi que l’angle de braquage . Si je comprend bien . Avec les enfants ( rangement et nettoyage ) permanent. Alors avec mes enfants 3jrs de location et 3jrs de rangement Merci pour cette escapade partagée . Et encore bravo pour le passage dans la petite rue . De plus avec la voiture mal garée et roues tournée .

  2. Bonjour Charlotte, félicitations pour votre récit, J’ai beaucoup apprécié votre prose, qui je l’espère donnera envie à beaucoup de se lancer dans la grande aventure.
    C’est un mode vie, en milieu restreint où il faut que chacun prenne ses marques et surtout que tous aiment ça ! Sinon plus aucun plaisir, j’en ai connu qui revendait leur CC. six mois après!

    Nous ommes sur FB. Voyages en camping car.
    Bien cordialement.

    JLO

  3. bonsoir Charlotte
    si vous décider de renouveller une sortie ,je vous donnerais des coins de Normandie ou vous pouvez avoir la mer a 50m du cc et avec des plages de sable fin et tout cela gratuitement.
    il vous suffira tout simplement de prévoir votre eau propre c’est tout.
    la vos enfants vont profiter de la mer .
    en mer il faut prévoir plus d’eau pour les douches en rentrant le soir mais sur cetaines plages il y a des douches froides pour vous rincer.
    nous sommes éloignés de 80 km dons le trajet doit etre le méme
    gilles

Comments are closed.