Chez Peugeot, une hybride rechargeable peut en cacher une autre. La preuve avec la Peugeot 3008 HYbrid4 qui roule devant la 508 SW HYbrid.

Si les nouvelles Peugeot e-208 et e-2008 se branchent, les nouvelles 508 HYbrid (berline et break SW) et 3008 HYbrid4 font aussi leur révolution en passant à la technologie hybride rechargeable. Car pour affronter des normes de CO2 de plus en plus drastiques, Peugeot s’est donné comme objectif de posséder une gamme 100% électrifiée d’ici 2023.

Essai Peugeot 3008 GT Hybrid4

Peugeot sort ses griffes et vise clairement la catégorie premium avec un nouveau 3008 hybride rechargeable efficace, raffiné, mais cher aussi (53 800 euros) et disponible uniquement en GT. Ce SUV 4×4 de 300 ch existera en version 2 roues motrices dans quelques mois. En attendant, le SUV best-seller de Peugeot offre de quoi s’amuser avec un 0 à 100 km/h effectué en 5,9 secondes et les chemins de traverse qu’il emprunte sans sourciller grâce au mode 4WD. 

En 2011, Peugeot lançait le 3008 HYbrid4 en diesel. Son descendant s’en remet à l’essence avec le 1,6 l turbo Puretech. Quant aux batteries, elles sont désormais « plug-in ». Autrement dit, elles sont rechargeables sur secteur. Avantage : l’autonomie est décuplée en mode zéro émission (40km). Inconvénient : un prix très élevé.

Un habitacle premium

Toujours originale et correctement réalisée, la planche de bord ne diffère pas sur le 3008 HYbrid4GT. Il possède juste un bouton supplémentaire pour accéder aux statistiques énergétiques. Bonne nouvelle, l’habitabilité à l’arrière n’est pas altérée par les batteries. En revanche, le coffre perd 125 l et la banquette ne se rabat plus en plancher plat sur cette version hybride, car les assises arrière deviennent fixes. Les finitions sont parfaites et le confort excellent.

Peugeot 3008 HYbrid4 : du punch sur la route

Malgré ses 1 853 kg sur la bascule (dont 120 kg dus aux batteries), j’ai été scotchée par le punch du 3008 hybride dont les reprises surprennent dès les bas régimes et font totalement oublier son embonpoint. La boîte auto change de rapport en douceur. Et le SUV enchaîne avec aisance les virages dans l’arrière pays Barcelonais. Le mode Sport, avec ses accélérations franches, est assez bluffant. Mais, attention, ce n’est pas pour autant un SUV sportif comparé à un Seat Cupra Ateca de même puissance, par exemple. Quant au mode Brake, il permet à l’auto de ralentir plus facilement juste en lever le pied de l’accélérateur. Enfin, la fonction HDAC est fort utile en hors piste où ce 3008 HYbrid4 excelle.

Comment profiter au mieux de l’hybridation ?

En mode électrique, l’autonomie est de 45 km environ (J’en ai fait 35 mais je suis très mauvaise en éco conduite). D’où une batterie de 13,2 kWh. On peut rouler jusqu’à 135 km/h en mode zéro émission. Pour recharger, il faut 8 heures chez soi sur une prise de 8 Ampères,  4 heures avec une prise renforcée de 14 Ampères. Et pour obtenir des émissions de CO2 très basses (proches de 29g/km), il faut beaucoup recharger le 3008 HYbrid4. En le rechargeant deux fois par jour plutôt qu’une seule fois, ceux qui roulent 15 000km par an auront de belles surprises au tournant.

Des consommations intéressantes

Une fois l’autonomie électrique épuisée, quelle consommation pour le 3008 HYbrid4 ? A un rythme souple et calme, 5,7 l aux 100. Un résultat excellent pour un modèle essence de 300 ch. Si vous sollicitez pleinement la puissance, vous serez entre 12 et 14 l : là aussi un très bon résultat, par rapport à une motorisation classique de mêmes performances.

Prix : 53 800 euros

Essai Peugeot 508 HYbrid

La berline 508 et sa version break SW que j’ai testée, reçoivent la motorisation hybride rechargeable de PSA dans sa déclinaison la plus sage : 225 chevaux, dont 180 généré par le petit moteur à essence 1,6. Un moteur électrique de 110 chevaux complète la panoplie. Mais les deux puissances ne s’additionnent pas à cause de la puissance limitée de la batterie. 

Les batteries sont rechargeables par branchement. Il faudra 4 heures sur une prise classique, et 1 h 45 heures sur une installation dédiée pour récupérer de quoi rouler en 100% électrique. Sur route, j’ai pu parcourir 35 km et, en ville, 45 km. Un joli score.

J’ai apprécié l’astuce : en programmant une destination sur le GPS, l’électronique va planifier les répartitions de fonctionnement des moteurs, pour offrir, à l’arrivée, la consommation idéale.

Si la Peugeot 508 est très confortable, les lignes jolies et l’habitacle soignée, j’ai été un peu déçue par ses accélérations. Il faut dire qu’avec la puissance similaire de la version thermique et 200kg de plus, elle ne peut avoir les mêmes performances…

Tarif : 46 950 € (berline), 48 250 € (break)