Voiture électrique la plus vendue en Europe (40 000 modèles en circulation), la nouvelle Nissan Leaf n’est plus unique. Entre une Leaf First dont les tarifs débutent à 16 990 euros et un modèle plus puissant, elle veut séduire tout le monde.

Comme une auto traditionnelle, les électriques développent leur gamme pour plaire à tous ceux qui en veulent pour leur argent et ceux qui réclament de l’agrément. Bienvenue à bord de la Nissan Leaf, ou plutôt, du catalogue étendu de la Nissan Leaf.

Leaf e+

Leaf e+ : plus d’autonomie, plus de puissance

Avec une batterie de 62 kWh, offrant plus de performance et plus d’autonomie en une seule charge (jusqu’à 385 km en cycle mixte WLTP), la Nissan Leaf + séduira toutes celles et ceux qui effectuent un trajet de plus de 120 km par jour, notamment les taxis. Dès le mois de Juin 2019, la Leaf e+ sera commercialisée à partir de 37 700 euros bonus déduit dès la finition « N-Connecta » de milieu de gamme. En effet, la Nissan Leaf e+ n’est pas disponible en finition d’entrée de gamme « Acenta ». Avec un gabarit et un habitacle identique à la version 40 kWh, la Leaf + propose une batterie de 62 kWh plus dense et qui livre donc plus d’énergie. Du coup, les 150 Kg qu’elle a pris sur la balance n’affecte nullement ses performances. Elle abat le 0 à 100 en 7.3 secondes, et, pour l’avoir testé sur route et autoroute, fait preuve de belles capacités d’accélération et de relances. Il faut dire qu’au total, elle dispose de 217 ch sous le capot.

La Leaf classique reste au catalogue

Tout comme cette nouvelle E+ la Leaf standard, qui reste disponible, dispose des avancées techno, comme le système e-Pedal, qui permet de freiner jusqu’à l’arrêt en levant simplement le pied de la pédale, ou le système de conduite semi-autonome ProPilot. Et puisque 80% des Français roulent moins de 80 km par jour, ce modèle classique, d’une capacité de batterie de 40 kWh suffira pour remplir cette mission. Sur le plan esthétique, seules deux petites différences démarquent les deux modèles : la E+ se distingue par des touches bleues sur la face avant ainsi qu’un badge E+ sous le couvercle du port de recharge. Dans l’habitacle l’écran 8 pouces  remplace celui de 7 pouces de la Leaf standard. Une auto facturée 5 000 euros de moins que la version haut de gamme.

Leaf first : une voiture électrique à 16 990 euros

Mais Nissan entend bien faire bouger les lignes et rendre l’électrique accessible à presque tous. Ainsi, le Japonais propose une Leaf électrique à 16 990 euros. Cette Leaf First ne fait aucun compromis sur les équipements. Basée sur la finition Acenta, elle offre une caméra de recul, la mise à jour à distance de la cartographie, la navigation et tous les équipements de confort et de sécurité nécessaires. La Leaf First reste associée au pack mobilité Nissan qui offre divers avantages comme des semaines de location gratuite chez Hertz, une carte de recharge ou encore des tarifs préférentiels en auto-train. Cette Leaf First permet à Nissan d’élargir la gamme en s’adaptant aux besoins de ceux qui roulent moins de 120 km par jour puisqu’elle ne dispose que de 40 kWh. Les ménages non imposables ont la possibilité de bénéficier de la prime maximale de 5000 € que l’offre commerciale de Nissan propose de doubler, soit 10.000 € au total. Dans le cas contraire, la prime se limite à 2500 €, soit 5000 € une fois doublée pour un prix de vente de 21.990 €. Un prix d’achat que le constructeur complète avec des offres de financement intéressantes. « En crédit classique, explique Thomas Chrétien, Directeur Véhicules électriques de Nissan Europe, nous avons poussé l’offre à 72 mois – soit 6 ans – avec des mensualités de 279 € sans apport. Cela permet de s’offrir la voiture avec des batteries qui restent sous garantie pendant 8 ans. Par rapport à un diesel classique sur 18.500 km par an, on économise de l’ordre de 100 euros par mois » estime-t-il.