10 raisons de ne pas rouler en sportive italienne

0 Lien 0

Comme toutes les passionnées de voitures, je me prends parfois à rêver devant les bolides italiens. Racées et sportives, ces voitures de luxe ne me laissent pas indifférente. J’ai eu la chance d’en conduire sur circuit plusieurs fois, et franchement, waouhhhh, ça décoiffe !

Mais je suis une femme raisonnable, et je sais que jamais je ne pourrais m’offrir de telles auto, même si je gagnais au Loto. Et voici pourquoi :

– Je n’ai plus assez de points sur mon permis de conduire. Or je me connais, au volant d’une telle voiture, impossible de résister à l’appel de la vitesse sur une longue ligne droite d’autoroute….

– Je n’aime ni le jaune ni le rouge. Ces couleurs ne me vont pas au teint. Or chacun sait qu’une italienne ne se conçoit que dans l’une de ces deux couleurs : à quoi bon acheter des centaines de chevaux sous le capot si c’est pour passer inaperçu ?

– Il n’y a pas de coffre. Un détail me direz-vous… Sauf que même pour partir en week-end, chacun sait que j’emmène mes affaires de sport, une tenue chic, une tenue décontractée, mes affaires de toilette…. Bref, je ne sais pas voyager léger, et quitte à frimer dans un bolide à plusieurs centaines de milliers d’euros, autant être jolie et bien lookée !

– Je vous l’ai dit, j’ai trois enfants et un chat. Ca ne rentre pas à l’arrière d’une sportive. Et vous imaginez un siège auto dans une Ferrari ? Impossible. No way.

– Ca consomme trop. Et ça pollue aussi. Non pas que je sois une fervente écolo, mais quand même, je me vois mal sacrifier un smic mensuel à la station-essence. Question de principe.

– Je m’entends bien avec mes voisins. Et je doute que le vrombissement du moteur tôt le matin ou tard le soir les amuse longtemps.

– J’aime écouter de la musique et chanter à tue-tête en voiture. Impossible avec un moteur de 300 chevaux, qui risque de couvrir le doux son mélodieux de ma voix…

– Il y a beaucoup de ralentisseurs près de chez moi. Beaucoup trop. Vous avez déjà essayé de franchir un ralentisseur avec une voiture dont le bas de caisse frôle le sol ?

– J’aime mon homme. Or la sportive italienne est synonyme d’aimants à mecs (ou à nanas, tout dépend de qui est au volant). Au volant de ce type de voiture, je me ferais tellement draguer que ça en deviendrait indécent. Et tentant. Mieux vaut ne pas prendre le risque…

– Les tracas administratifs d’un contrôle fiscal ne me font pas rêver. Or l’achat d’une petite merveille aussi rapide que chère pourrait bien inciter le fisc à se pencher sur mon train de vie. Perspective peu tentante.

Vous voyez, finalement, on n’est pas si mal en break… Certains fantasmes sont faits juste pour rêver, pas pour se réaliser !

Pas encore de commentaire, soyez le premier à poster !

Réagissez sur cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.