Depuis quelques années, Volvo nourrit un projet ambitieux : zéro mort au volant d’ici 2020. Pour effectuer cet immense bond en avant, le constructeur suédois infuse beaucoup d’espoirs en la voiture autonome. C’est pour cette raison qu’après le projet Drive me à Göteborg, Volvo a annoncé le déploiement de son équivalent Londonien Drive me in London.

Drive me de Volvo : de vraies familles testent les autos autonomes

Voiture autonomeCe programme est un peu différent des autres puisqu’il prévoit de confier des voitures autonomes à de vraies familles en les invitant à rouler sur le voie publique. Grâce à la modification de la Convention de Vienne (dont je vous avais parlé ICI), les premières applications concrètes des véhicules autonomes commencent donc à voir le jour.

Drive me London débutera avec quelques voitures semi autonomes. Pour atteindre le nombre de 100 en 2018. La grille d’évaluation remplie par les familles s’articulera autour de 4 problématiques :
– Sécurité
– Embouteillages
– Pollution
– Gain de temps

L’objectif de cette étude est en partie de prouver aux pouvoirs publics que cette technologie est prête et qu’il est temps pour le législateur de s’y adapter (infrastructures, code de la route, assurances…). Selon Volvo, l’avènement de la conduite autonome pourrait « sensiblement » réduire le nombre d’accidents de la route. « Dans certains cas jusqu’à 30% ». Selon le constructeur suédois, « 90% des accidents de la circulation sont dus à la distraction ou à l’erreur humaine, des facteurs qui pourraient complètement disparaître avec les voitures autonomes ». Selon la National Highway Traffic Safety Administration (NHTSA), l’autorité américaine des transports, les véhicules autonomes pourraient réduire de 80% le nombre d’accidents d’ici 2035.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here