La publicité pour les voitures, c’est 3.5 milliards d’euros chaque année en France (Soit 10 % du marché publicitaire total, en deuxième position derrière la distribution). Et certains députés écologistes veulent faire interdire – ou plutôt réorienter – la publicité pour les voitures à l’image de la loi Evin concernant le tabac et l’alcool. De quoi mettre en avant les autos vertueuses qui roulent à l’électricité ou les moteurs hybrides rechargeables.

« Réorienter la publicité pour les voitures »

C’est Matthieu Orphelin, député du Maine-et-Loire, qui est à l’origine de cette proposition. Pour lui, l’objectif de cet amendement qui est déposé et qui a peu de chance d’aboutir, est de parler des vrais sujets à l’Assemblée Nationale dans le cadre de la loi Mobilité. D’après Matthieu Orphelin, depuis 2 ans les émissions de CO2 issus des ventes de voitures neuves repartent à la hausse car les gens achètent de plus en plus de SUV, des 4X4 et des pick-up. « Il faut arriver à faire en sorte que la publicité sur les voitures soit non pas interdite mais réorientée vers les voitures les moins émettrices de gaz à effet de serre et moins consommatrices d’énergie« , explique le député. Un intérêt supplémentaire, au passage, pour le portefeuille des citoyens.

pub voiture
Matthieu Orphelin, député du Maine-et-Loire (ex-LREM), s’est indigné sur Twitter d’une publicité de la marque Mercedes

 

Matthieu Orphelin s’est indigné sur Twitter d’une publicité vantant les mérites d’un pick-up Mercedes de 5,30 m de long, faisant 8l/100 km, « citadine, familiale et pourtant si robuste ». « En effet, quelle citadine que ce pick-up de 2,1 tonnes émettant 230g de CO2/km ! », a-t-il dégainé, avant mettre un lien vers l’amendement qu’il avait déposé quinze jours plus tôt à l’Assemblée.

Publicité : accompagner les consommateurs vers les véhicules les moins consommateurs d’énergie

Peut-on comparer une cigarette à une voiture ? Sachant que 70% des Français se déplacent chaque jour à bord de leur véhicule pour aller travailler. N’est-ce pas une façon de braquer les Français qui n’ont pas d’autres choix que de rouler en carrosse ? Pour Matthieu Orphelin, c’est tout sauf ça. Selon lui, il faut, non pas interdire la pub, mais la « recentrer sur les autos les moins consommatrices d’énergie, une façon de réaliser des économies« . Une façon d’influer aussi sur le choix des clients.

« Contrôler la publicité, c’est mort »

Pour Yves Carra, porte-parole de l’Automobile Club Association, « contrôler la publicité, c’est comme interdire de faire du feu avec un silex vingt ans après l’invention du briquet. C’est mort d’avance« . Selon lui, les arguments de Matthieu Orphelin ne tiennent pas. Car « si l’on veut faire de la publicité pour les voitures qui consomment le moins, il faut faire de la pub pour le diesel qui consomme 20% de moins que l’essence« . Le problème ne viendrait pas des SUV (ndlr, 1/3 des ventes en France) selon le porte-parole de l’Automobile Club Association, mais de la motorisation. « Ce sont les décisions politiques qui font que l’on produit depuis 3 ans plus de CO2 avec la voiture car l’essence consomme plus que le diesel« , ajoute Yves Carra.

En France, la fin des moteurs thermiques est fixé pour 2040. Peut-être tendrons-nous vers des véhicules décarbonnés naturellement…