« Les plus belles routes de France » d’Alexandre Pierquet

1 Lien 0

« On vit la route comme au cinéma, avec son pare-brise comme écran ». Au volant de celle qu’il surnomme « La jaune », une MG B GT de 1976 à la robe forcément jaune, Alexandre Pierquet, auteur et éditeur, dévoile son plus fringant sourire sous sa barbe grise imbibée d’aventures automobiles extravagantes. Partir à l’imprévu, se perdre, casser la croûte sur le capot de son carrosse, croquer le panorama, rêver, faire de nouvelles rencontres, c’est son grand plaisir. « Je roule depuis plus de vingt ans, je connais toutes les routes et je veux faire découvrir les moins connues », décrit le collectionneur de voitures anciennes en cherchant des yeux le trajet le plus lumineux, le plus étonnant. Sa passion pour l’automobile s’est déclarée très tôt, aux côtés de voisins pas comme les autres : l’animateur radio Harold Kay dont la Jaguar MKII à la carrosserie bordeaux l’émerveillait, et du pilote Gérard Larrousse, double vainqueur des 24H du Mans. Roulant sur leurs traces, Alexandre Pierquet qui, de son propre aveu, a gardé son « âme d’enfant à jamais », a toujours écumé le bitume en voiture ancienne. « J’ai toujours envisagé mes voyages au volant d’une voiture. Où que j’aille, mes aventures se terminent toujours par une route », souffle-t-il, en passant une main sur la poupe de son coupé le plus produit au monde, à l’époque. Après des études dans le commerce international aux Etats-Unis et en Allemagne puis un parcours classique dans la Communication, le baroudeur, comme aimanté par l’automobile, s’est lancé dans l’écriture pour klaxonner ses plus belles découvertes observées devant le capot. Pas avare de ses partages, il a créé, pour accompagner des auteurs qui ont quelque chose à raconter, une maison d’édition (ndlr, Le voyageur éditions). Conduire, encore conduire, toujours conduire. Ecouter de la musique ? Celle de l’autoradio.

Alexandre Pierquet

Dans son dernier ouvrage « Les plus belles routes de France », Alexandre Pierquet nous fait cheminer, par régions, sur des routes sublimes mais méconnues. Il pose nos roues sur des itinéraires gastronomiques ou panoramiques hors des sentiers battus. Il nous mène sur un parcours montagneux du Jura, celui de la route des Lacs avec des paysages d’eau, des couleurs apaisantes et une grande variété de faune et de flore. Puis nous entraîne plus au Nord, dans un univers de plaines et d’arbres : la route des forêts de Senlis où les branches forment comme un tunnel entre deux étendues de plaine semblant nous protéger. Ensuite, c’est une route de balcon qui s’ouvre : la D911 qu’il surnomme « La route Ferdinand ». Une route de montagne près d’Aix-les-Bains, joueuse et sinueuse où les sensations de conduite se décuplent à l’instar d’une impression de vide et de puissance, là juste au bord du ravin. Et, comme un air de vacances, on effleure depuis notre auto les bords de mer de la route des Mimosas. Une route de couleurs et de senteurs inoubliables, fenêtres ouvertes ou capote soulevée. « C’est l’occasion de découvrir la France, seul ou en famille, de sortir du coffre un pique-nique et de savourer les paysages près de sa monture plutôt qu’enfermés dans un troquet ».

Alexandre Pierquet

Les routes du Morvan

Alexandre Pierquet a également publié le « Guide des voyages en voiture de collection ». Et, en attendant de nous livrer « Les plus belles routes du monde », son prochain ouvrage, l’homme qui fait corps avec sa machine continue à organiser des rallyes comme celui des « Cracks » au bénéfice des enfants atteint d’un cancer ou le Rallye des Ormes, un rallye caritatif pour les pupilles de la Gendarmerie, qui se déroulera le 26 Mai prochain dans l’Yonne, entre Joigny et Toucy. « Il y a plus de rouleurs que l’on ne croit », conclut-il en éteignant le moteur de sa MG et en dessinant de ses doigts des trajectoires imaginaires.

Alexandre Pierquet

Les gorges de la Nesque

1 Comment
  • actus auto
    avril 12, 2018

    J’ai eu la chance de sillonner la route du Morvan lors d’une visite chez un ami. Tout simplement magnifique… Depuis, j’y vais de temps en temps pour m’aérer un petit peu et m’évader. Très bel article en passant !

Réagissez sur cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.