Avant d’acheter leur voiture, les Français en passent d’abord par Internet

0 Lien 0

D’après une récente étude TNS/Google, près d’un client sur deux sait précisément quel modèle il souhaite acheter lorsqu’il rend visite à son concessionnaire. Un choix qu’il a opéré sur Internet.

Pénétrer dans une concession au hasard, se sentir attiré par une auto rutilante, passer sa main sur la carrosserie, toucher le cuir des sièges, sentir l’odeur du neuf. Tout cela semble une démarche bien surannée pour les nouveaux consommateurs. S’ils se rendent toujours chez leur garagiste, c’est avec une idée précise en tête. Modèle, niveau de finition, options : il savent tout, grâce au Web. Alors, plus besoin de multiplier les visites au show-room. Selon une récente étude menée par TNS pour Google, le nombre de passage moyen dans les concessions avant d’acheter un véhicule neuf était de 1,9 en 2017 contre 2,2 en 2016 et 2.6 en 2015. Aujourd’hui, le client mûrit son achat sur le net, tranquillement derrière son ordinateur et ne se déplace plus que pour finaliser son acte d’achat et, surtout, son financement. C’est le cas de 4 consommateurs sur 10. Un chiffre qui grimpe, toujours selon TNS, à un sur deux pour les clients potentiels âgés de 55 ans et plus. Une vraie surprise qui rompt avec la réputation de technophobie des seniors. Mais comment peuvent-ils être aussi rompus à la culture automobile. Au travers des nombreux sites d’informations sur la question, bien évidemment, mais aussi grâce aux configurateurs que toutes les marques ont mis en place sur le Web et qui permettent en quelques clics de conformer un modèle, de sa couleur à sa motorisation en passant par ses équipements de série et ses options. Du coup, le choix est déterminé on-line, et le prix catalogue s’affiche. Il ne reste plus qu’à finaliser la vente en concession. En essayant la voiture pour savoir si elle est conforme à ses désirs sur la route ? Même pas.

De moins en moins d’essais

Car c’est l’autre grande tendance en matière d’achat automobile : les Français ressentent de moins en moins l’envie d’essayer leur monture avant de l’acquérir. 43 % des clients prêts à conclure l’achat n’ont jamais conduit leur future voiture. Là encore, c’est Internet qui a fait évoluer les mœurs. Les essais des nouveaux modèles réalisés par les journalistes pullulent, à l’instar de ceux de Vivacar.fr. Et le fait que les constructeurs multiplient les déclinaisons de modèles empêche les garagistes de disposer à l’essai de toute la gamme disponible à la vente. En ajoutant le fait que depuis quelques années, la très grande majorité des autos sont plutôt conformes aux attentes des consommateurs en matière de confort et de tenue de route, on obtient une raréfaction du bon tour du pâté de maison réalisé avec un vendeur assis sur le siège passager.

L’occasion aussi se virtualise

Ce nouveau rôle de conseiller de vente détenu aujourd’hui par le Web touche également le marché de l’occasion, ou il va plus loin encore, puisque, à l’instar de Vivacar, il permet d’aller au bout de la démarche et de finaliser la vente. Une large sélection de véhicules d’occasion de moins de 7 ans et moins de 90 000 km provenant des plus grands concessionnaires français y est disponible. Tous les véhicules sont contrôlés, conformes au label constructeur de la marque et garantis 6 mois minimum par le distributeur. Sur Vivacar.fr, le client choisit librement en quelques clics sa voiture, son mode de financement ainsi que ses assurances et prestations. Les financements (Crédit ou Location avec Option d’Achat) proposés, sont conçus par un professionnel des services à l’automobiliste. Sécurisants pour le budget auto, ils sont assortis d’assurances et de prestations optionnelles adaptées (prise en charge des pannes et de l’entretien jusqu’à 5 ans) qui protègent à la fois le client et le véhicule

Pas encore de commentaire, soyez le premier à poster !

Réagissez sur cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.