Pourquoi acheter une Suzuki ? C’est vrai quoi, des SUV compacts, il n’y a que ça, dans toutes les marques et à tous les prix. Alors pourquoi un Suzuki S-Cross ? Parce qu’on cherche tous la même chose : une auto fiable, jolie, sympa, pas chère, pratique et suffisamment grande. C’est donc en miss pragmatique que j’ai essayé le crossover japonais, profondément restylé en ce début d’année. J’ai tout de suite apprécié son faciès plus robuste et ses équipements modernisés.

Essai Suzuki S-Cross

Suzuki S-Cross : un vrai 4×4 

On nous avait dit que le bestiau était non seulement un SUV des familles, avec ses 4,30m et son coffre de 430 litres assez fringant pour trimbaler la progéniture et ses trottinettes électriques. Mais il paraît qu’en plus, le S-Cross est un vrai 4×4 avec un astucieux système all grip. Un appel de la forêt, une invitation pour aller l’essayer dans la neige. Je me suis donc transformée en génie des Alpages pour faire crisser la neige sous mes très généreux pneus hiver. Après une marche arrière dans la vallée avec l’aide de ma caméra à 360 degrés, direction les cimes et les cols enneigés. No stress sur le bitume verglacé : j’ai enfilé les lacets sans m’emberlificoter. Merci qui ? Merci le système all grip qui permet de ne pas valser dans les fossés enneigés et de démarrer sans patiner en pleine côte verglacée.

De quoi bluffer la pilote du dimanche améliorée que je suis et arriver sans ambages à ma station de ski. Puis en redescendre pour de nouvelles aventures non sans tester, au passage, l’efficace freinage du Suzuki S-Cross dans les pentes sinueuses.

Niveau moteur, le 4 cylindres essence suralimenté de 130 ch associé à une micro hybridation 48 V (histoire d’être dans les clous niveau CO2 et de booster les démarrages) m’a permis, après mon petit séjour à descendre tout schuss sur les pistes (en regrettant à chaque gadin de ne pas avoir de système all grip sous mes skis) de reprendre les Nationales puis l’autoroute avec un punch suffisant (avec l’option mode sport sur les trajets secs et entraînants). Et sans polluer la terre pour autant puisque mon Suzuki S-Cross a affiché une consommation aux alentours de 6 litres/100km. Normal, cet SUV a un poids de ballerine : 1200 kg seulement malgré son gabarit et les 5 vraies places qu’il offre. Le S-Cross recevra plus tard une véritable motorisation full hybride avec un système maison d’une puissance de 115 ch pour l’heure réservé au Vitara.

Espace à bord et surface vitrée généreuse

J’ai beaucoup apprécié ce Suzuki S-Cross par ses nouveautés pratico-pratiques : j’ai pu me connecter en bluetooth à son Carplay pour un mini road trip en musique. Détendue et rêveuse (aux feux rouges seulement) j’ai pu profiter du grand toit ouvrant panoramique qui est un vrai plus pour croquer du paysage ou le faire admirer aux enfants. D’ailleurs, lorsqu’ils grimperont dedans, ma marmaille pourra s’installer sur la banquette arrière inclinable et toujours fractionnable en deux parties. Le nouvel écran installé en tête de planche de bord (taille 7 ou 9 pouces) intègre une nouvelle surface qui sera déployée sur les autres modèles de la gamme. Si les menus sont assez intuitifs, l’écran n’est pas des plus réactifs. Mais qu’importe puisque le Peugeot 2008, son concurrent, propose moins de places pour les passagers arrière et ne possède pas de vraie transmission 4×4.

En résumé. Je crois que le véritable atout de ce Suzuki S-Cross, c’est bien sa transmission All Grip, devenue quasi introuvable dans ce segment. De quoi séduire les montagnards, les jeunes familles qui veulent aller à l’essentiel et les globe-trotter.

Prix Suzuki S-Cross : à partir de 27 090 euros