A défaut de remplacer le Peugeot P4 par d’autres 4×4 de marques françaises, notre armée de terre a choisi de commander 1000 Ford Ranger et, ironiquement, de réformer P4 nos pauvres véhicules baroudeurs tricolores. Pas très patriote comme choix. Seulement, l’Armée Française affirme qu’elle n’avait pas d’autre alternative. « Le seul véhicule tout terrain proposé était le Ford Ranger. Les autres véhicules étaient des tous chemins ».

Armée Française 4x4

Etat des lieux automobilistique de notre Armée de terre

Il fallait remplacer 600 véhicules de type Peugeot P4 qui réussissaient encore à rouler par miracle. La plupart d’entre eux datent de… 1983 ! Pour remplacer ces tombeaux roulants, l’armée de terre en est passée par l’Ugap (union des groupements d’achats publics) et les généraux ont feuilleté le catalogue aux pages automobiles. Leur cahier des charges :  pouvoir transporter 5 hommes et une tonne de matériel. Le tout, bien sûr, dans des conditions optimales de franchissement d’obstacle que seul un véritable 4×4 peut réaliser.

3 modèles français qui n’ont pas fait l’affaire

Trois modèles français de tous terrains étaient disponibles pour l’armée de terre française.
1/ Le Peugeot 3008, un SUV de route qui, en mode tout-terrain peut affronter quelques sentiers, mais certainement pas des routes escarpées.
2/ Le Citroën Berlingo 4×4, une petite camionnette spécialement aménagée.
3/ Le Dacia Duster, le véhicule franco-roumain plutôt costaud, mais limité en charge.
Des autos donc pas vraiment en phase avec le cahier des charges imposé, même si les différentes marques étaient prêtes à faire des transformations en conséquence (mais compte tenu de l’urgence, le temps aurait manqué).

Pourquoi le choix du Ford Ranger

Le Ford Ranger est un gros 4×4 américain capable de transporter 5 passagers ainsi qu’une charge allant jusqu’à 1 310 kg. Il est même capable de remorquer 3 350 kg de matériels. En plus, il ne coûte que 27 000 euros. Les généraux français n’ont pas hésité longtemps pour élire ce pick-up.

Conclusion : On peut sourire du jugement de Pascal Perreau qui trouve « déconcertant et inadmissible que l’État achète avec les impôts des Français des véhicules de marque étrangère ».  Car le Peugeot P4 en service depuis des décennie n’a de Peugeot que le nom et le moteur. Le 4×4 en question n’est finalement qu’un Mercedes Classe G remanié… Quant au véhicule transformé, à savoir le Citroën Berlingo, ce dernier est fabriqué en Espagne.