Alcool, téléphone, vitesse : 2 pas en avant, 1 pas en arrière ?

0 Lien 0

Les mesures annoncées pour lutter contre la mortalité sur les routes viennent d’être annoncées. Hier soir, le Premier ministre a notamment confirmé que la vitesse sur les routes secondaires sera abaissée de 90 à à 80km/h à partir du 1er Juillet 2018. 

Au total, 18 mesures ont été annoncées pour lutter contre la mortalité routière. Si les mesures prisent pour décourager l’usage du téléphone portable au volant et la consommation d’alcool me semblent pertinentes, celle de  l’abaissement de la vitesse à 80km/h sur 400 000 km de routes secondaires paraît, à mon sens, plus aléatoire.

  • Téléphone en mains : permis de conduire retenu

Le simple usage du téléphone, tenu en main ou par kit mains libres, est sanctionné de 135 euros d’amende et d’un retrait de trois points du permis de conduire. Mais la nouvelle mesure qui entrera en vigueur au plus tard en 2019 va plus loin : les policiers pourront désormais confisquer le permis de conduire d’un automobiliste surpris le téléphone en mains et qui « a commis en même temps une infraction susceptible de porter atteinte à sa propre sécurité ou à celle des tiers », a ajouté Edouard Philippe.

–> Difficile de ne pas être d’accord avec cette mesure raisonnable. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : l’usage du téléphone multiplie les accidents par trois.

  • L’éthylotest anti-démarrage

Déjà obligatoire dans les cars de transport en commun depuis 2015, l’éthylotest anti-démarrage (EAD) devient obligatoire pour les conducteurs condamnés pour conduite en état d’ivresse.

–> Enfin une mesure relativement intéressante lorsque l’on sait que l’alcool est impliqué dans 29% des accidents de la route. Certes, on peut imaginer qu’un automobiliste alcoolisé pourra faire souffler sa grand-mère ou son chien à sa place. Mais c’est la démarche qui compte et qui dissuade. Notamment les 4000 euros de frais d’installation…

  • La limitation de 90 à 80km/ sur les routes secondaires 

Baisser la vitesse pour diminuer le nombre de morts. C’est l’objectif de cette mesure impopulaire (59% défavorable, source RMC) annoncée officiellement, ce mardi 9 janvier, par le gouvernement : la vitesse limite autorisée va passer de 90 km/h à 80 km/h sur les routes secondaires à double sens, sans séparateur central (terre-plein, glissière). Au total, environ 400 000 km de routes françaises sont concernées, dès le 1er juillet 2018. La France ne serait pas la première à fixer à 80 km/h la limitation de vitesse sur les routes secondaires. Six pays, dont le Danemark, les Pays-Bas et la Finlande, ont déjà passé le pas.

–> En France, une expérimentation a été lancée en 2015, sur 81 km de routes nationales bidirectionnelles, mais les résultats n’ont pas été publiés alors que l’évaluation a pris fin en juillet 2017. La Ligue de défense des conducteurs conteste le lien mathématique entre vitesse et mortalité routière, car il ne prend pas en compte l’état des routes ou l’amélioration technique des véhicules. L’Association 40 millions d’automobilistes redoute que l’abaissement de la vitesse sur les routes départementales soit accidentogène en rendant plus difficile le dépassement des camions. Enfin, certains dénoncent le coût de remplacement des 20 000 panneaux de signalisation sur les routes. La facture s’élèverait à 1.6 millions d’euros. Résultats de cette mesure à suivre : avec ce train de mesures, on va peut-être enrayer le taux de mortalité sur nos routes et réussir à descendre sous la barre des 2000 morts par an…

Pas encore de commentaire, soyez le premier à poster !

Réagissez sur cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.