Au Canada, c’est la panique totale. Comment vont s’occuper les passagers s’ils n’ont plus grand chose à faire derrière le volant ? Après avoir écouté de la musique en fermant les yeux et envoyés mille SMS, ils vont forcément s’adonner à des distractions plus charnelles pour faire passer le temps. Barrie Kirk, un expert canadien a la terrible angoisse que le véhicule se transforme en lupanar : « Je prédis que, une fois que les ordinateurs conduiront, il y aura bien plus de sexe en voiture. C’est une activité, parmi plusieurs, que les gens pratiqueront».

Sexe : la voiture autonome transformée en lupanar

Mais finalement où est le hic ? C’est plutôt bien si les gens se font plaisir et si l’automobile vient au secours de la démographie. En réalité, c’est pour reprendre le contrôle du véhicule que ces pratiques charnelles posent problème. Sans rien faire qui atteigne les bonnes moeurs, un conducteur met déjà 17 secondes, soit 500 mètres sur l’autoroute à 130km/h, pour reprendre les commandes. Hors, vous le savez sans doute, les plaisirs du corps  inhibent la capacité à réagir rapidement.

Moi, cela me suscite deux grandes questions :

  • L’ivresse d’un câlin à 180 km/h sur l’autoroute n’était-il pas plus exaltant ?
  • La voiture autonome n’est-elle pas la clef de l’explosion démographique puisqu’il n’y aura plus d’accidents et plein d’enfants enfantés au volant ?