Le syndrome de l’abstentionnisme continue de secouer l’univers automobile. Après les défections du Mondial de l’auto, la prochaine victime risque fort d’être son pendant allemand. Le salon de Francfort, qui se déroule en alternance avec celui de Paris, vient en effet d’enregistrer sa première défection. Peugeot jette l’éponge et décline la grand’messe des bords du Main en septembre prochain.

Selon mes confrères d’Autoactu, citant Guillaume Couzy, le directeur du marketing du Lion, Peugeot ne sera pas du voyage, car la marque a tout simplement décidé de regarder de plus prêt le retour sur investissement de sa présence sur les salons internationaux. Et, avec 1,7% de parts de marché seulement outre-Rhin, l’investissement de la Frankfurter Messe n’en vaut visiblement pas la chandelle. Prix du stand, mobilisation des personnels, embauches d’hôtes et hôtesses : la facture d’un tel événement s’élève souvent à plusieurs millions d’euros et la filiale de PSA rechigne visiblement à les dépenser pour si peu.

Mais un autre phénomène a certainement pesé dans la balance du renoncement, comme il a pesé dans le choix de Ford, qui n’était pas présent au récent Mondial. Comme Paris, Francfort fait la part belle à ses constructeurs nationaux. Mais plus encore qu’en France, ou Peugeot, Citroën et Renault occupent les meilleurs emplacements dans le meilleur hall (le 1), en Allemagne, Audi, Mercedes, VW et BMW ont tout simplement droit à des halls rien qu’à eux, reléguant les importateurs à se regrouper plus loin.

Pour autant, cette décision, si elle semble logique en termes comptables, l’est un peu moins en termes stratégiques. Car Peugeot est en pleine phase de montée en gamme. Son ennemi juré, et son modèle à atteindre, se nomme Volkswagen. L’Allemagne est le pays qui a, sinon inventé le premium, du moins la nation qui règne en maître sur ce segment. Et abdiquer au pays de son premier rival n’est pas forcément la meilleure solution. D’autant qu’au printemps, Peugeot présente son SUV 5008, un grand crossover réalisé sur la base du 3008. Or le pays d’Europe ou les grands SUV sont les rois, c’est justement l’Allemagne.

DS fera également l’école buissonnière du 14 au 24 septembre 2017. En effet, le nouveau SUV compact DS7  sera commercialisé fin 2017 seulement. DS avait répondu présent à l’édition 2015 sur salon de Francfort. En 2017, ce sera l’inverse : le constructeur sera présent au salon de Genève mais pas à Francfort qui ne représente pas pour lui une véritable rampe de lancement.