——-

C’est au tour de Lexus d’investir le marché de la voiture électrique avec le UX 300 e fort de 204 ch et doté d’une batterie lithium-ion de 54 kWh qui lui confère une autonomie réelle de 300 km.

Lexus UX 300 e : essai express à Lorient

C’est avec un sourire radieux qui me barre le visage d’une oreille à l’autre, que j’ai dit « OUI » pour essayer la toute première auto 100% électrique du groupe Toyota : la Lexus UX 300 e. Une Pétasse au volant aime forcément les voitures électriques, surtout quand elle s’est transformée en Pétasse décarbonée : silence et écologie au programme. Alors j’ai sauté dans le premier train, en première classe évidemment. Car tester la Lexus UX 300e, c’est un évènement : le groupe Toyota, pionnier des autos hybrides, est le dernier à dégainer son tout premier modèle roulant à la fée électricité. Impossible de rater ça.

--> Tous mes essais TOYOTA par ici et LEXUS par là 

Que me réserve cette Lexus UX 300 e ?

Le groupe Toyota voulait-il me cacher le plus longtemps possible ses talents en matière d’auto électrique après avoir été les premiers à maîtriser la technologie hybride à la perfection ? Ou était-ce une stratégie pour se faire désirer et chambouler l’univers bien rôdé des SUV premium électriques (avec, dans le viseur, le Volvo XC40 P8) afin de se faire remarquer et d’observer la concurrence, en embuscade derrière un buisson ? C’est en tout cas avec l’UX, son SUV best-seller (4000 ventes en France depuis le lancement et 4.6 % part de marché) que le groupe Toyota compte me/nous surprendre.

Je veux tout savoir. Tout connaître de la bête. Et après 3h de train au petit matin, je débarque à Lorient. Là, pas de Lexus UX 300e. Mais un navigateur de renom, le vainqueur du Vendée Globe et de la Solitaire du Figaro, Armel le Cléac’h, ambassadeur de Lexus, un surhomme qui doit faire chavirer bien des coeurs sans jamais répondre aux chants des sirènes. Pas grave. Son palmarès m’impressionne. Et je le scanne comme il se doit pour comprendre pourquoi il est bionique et pas moi.

À 43 ans, le skipper Breton Armel le Cléac’h, originaire de la baie de Morlaix, s’est construit un des plus beaux palmarès de la voile tricolore. Photo @ACLAugier
Le « chacal » a remporté notamment le Vendée Globe. Et la Solitaire du Figaro il y a quelques semaines…

Le Breton de 43 ans m’invite galamment à jeter un oeil à la construction de son Banque Populaire XI, son futur trimaran géant dont la mise à l’eau est prévue pour le printemps prochain. Je m’imagine 2 minutes perdue au milieu de l’océan, la nuit, dans le noir et la solitude absolus, le hurlement du vent dans les voiles et moi, non plus à la barre, mais en train de pleurer dans un coin du bateau de 32 mètres de long entouré des cordages qui, de chaque côté du trimaran, font la taille d’un terrain de tennis… lorsqu’Armel me sort de ma torpeur : « Voici les clefs de votre Lexus électrique ». Ouf. J’ai lâché un « ouf » de fille libérée plus proche de Michèle Mouton que de la fantastique et regrettée Florence Arthaud.

Lexus UX 300 e : une expérience fun

« Où est-elle? ». On vient de me garer mon UX 300e juste dans mon dos. Je n’ai rien entendu. Normal, elle est 100 % électrique. Son style qui ressemble au Musée Guggenheim de Bilbao m’attire, d’autant plus que l’ingénieur en chef Takashi Watanabe promet une expérience « fun », à la fois dynamique et raffinée au volant.

Petit tour du propriétaire : basé sur l’UX, le SUV best-seller de Lexus, le 300e a tout de même quelque chose d’étonnant. Et ça se passe à l’arrière, quand j’ouvre le coffre. Ce coquin a gagné en embonpoint. et c’est un bon point pour ma garde robe. La batterie 12 V n’étant plus dans le coffre, le coffre graille 80 litres et affiche désormais 380 l, ce qui devient acceptable pour un véhicule de 4,50 m de long. Bien joué. Quant à l’habitabilité à l’arrière, elle n’est en rien compromise (16.4 mm de moins seulement pour la tête arrière). J’imagine déjà mes passagers se régaler à bord de mon SUV premium.

Dans l’habitacle de ma version Exécutive, tout est placé autour de moi : les commandes me tombent naturellement sous la main. Il y a même une console centrale « intelligente » avec un repose-poignet qui intègre les commandes audio. A l’arrière, les sièges sont chauffants eux-aussi. De quoi économiser la batterie en hiver et chauffer l’habitacle grâce à eux, en plus du volant chauffant.

Le Lexus UX 300 e se branche et me branche

L’UX 250 h était l’hybride, l’UX 300e est 100 % électrique. Il adopte la nouvelle plate-forme GA-C de Lexus. Cette structure est rigide. Et associée au centre de gravité bas de l’auto, précision et confort exemplaires sont au rendez-vous. L’UX 300 e est doté d’un moteur / générateur électrique de 150 kW. Soit 204ch. Il est alimenté par une nouvelle batterie de 54 kilowattheures située sous le plancher de l’habitacle. De quoi offrir 305 km d’autonomie en cycle WLTP. J’en ai réalisé 230 km en vrai. Ce qui est largement suffisant quand on veut aller au boulot chaque jour en Lexus UX 300 e. Car, en France, les trajets sont d’en moyenne 34 km par jour. De quoi recharger tous les deux jours seulement le SUV japonais (8.30 h de charge sur une Wall-Box). Ce qui m’arrange vu tout ce que j’ai à faire dans ma vie de femme d’affaires.

Conduite UX 300 e : une réponse instantanée

Avec ses 204 chevaux, j’ai bien eu peur de me cabrer à bord de mon SUV en accélérant franchement. Pas du tout. Car la précision du contrôle de la vitesse a été privilégiée tandis qu’à régime plus élevé, l’accent a été mis sur une puissante accélération continue. Outre sa tonicité et les virages abordés avec fluidité (je le redis, son centre de gravité a été abaissé), c’est son silence qui m’a bluffée. Quel boulot d’orfèvre a été fait dans ce Lexus UX 300 e ! Même les bruits de roulement n’existent plus. C’est à peine si j’ai entendu siffler le moteur lors des fortes accélérations. Et pour couper le sifflet de ma belle-mère, je me suis imaginée mettre en marche le système audio Mark Levinson qui délivre un son incroyable.

L’équilibre du châssis et la direction vraiment bien calibrée aident à faire oublier la masse d’1.8 tonnes. Le freinage se révèle ultra facile à doser (même en talons). Et en tirant le levier de vitesses sur B, plusieurs niveaux de frein régénératif se font jour (sans toutefois, aller jusqu’à l’arrêt complet).

BILAN

17,9 kWh de conso en ayant roulé normalement sur la portion à 110 km/h et quelques dépassements, c’est un bon score ! Et les bons 300 km d’autonomie y étaient. J’ai trouvé l’UX 300 e vraiment silencieuse à tous points de vue. Dynamique et agréable avec une belle impression de compacité. Finalement avec le couple, la puissance est largement suffisante. Pour une électrique, pas besoin d’une débauche de chevaux! 

J’ai aimé :
Le silence incroyable du Lexus UX 300 e
Ses franches accélérations et sa stabilité dans les virages
Son confort
Sa conso réelle de 17,9 kWh/100km

Tarif Lexus UX 300e : à partir de 49 990 euros (Pack). 54 990 euros (Luxe). 61 990 euros (Executive)

O à 100km/h : 7.5 secondes

  • Puissance de 204 ch
  • Batterie Lithium-Ion d’une capacité de 54,35 kWh
  • Autonomie WLTP de 310 km
  • Conso réelle de 17.9 kWh/100km