«Il a l’argent. Il a le pouvoir. Il a une Audi. Il aura la femme», lançait une voix virile dans un spot publicitaire de 1993. En 2019, voici que Volkswagen concocte une pub pour son T-Roc pour le moins aussi libidinale et tout aussi brutale en résumant la femme à une femme-objet vénale, fort matérialiste : achetez le T-Roc et « Faites en sorte que l’amant de votre femme, ce soit vous ». 

pub sexiste

Volkswagen T-Roc : les pubs sexistes ont la peau dure

Les sous-entendus graveleux pour entretenir la flamme des fantasmes auto-macho n’ont pas disparu. Et l’image de la femme racoleuse réduite à l’état de femme-objet non plus. Sous couvert d’être émancipée puisque madame peut désormais avoir un amant, le constructeur sous entend qu’elle restera la proie des hommes et notamment de son propre mari. Comment ? Grâce à une simple auto surélevée, à mi chemin entre le crossover urbain et un SUV compact : le Volkswagen T-Roc. Les filles seraient donc sensibles aux belles voitures et les hommes n’auraient qu’à mettre un bras à la portière pour les faire tomber comme des mouches.

Sexisme : les femmes mises en avant pour faire vendre des autos

Il y a 60 ans, on ouvrait le coffre avant d’une R8 qu’on emplissait d’eau et dans lequel une naïade dénudée faisait la démonstration de l’étanchéité du modèle. L’automobile, symbole de puissance et de virilité, toujours associée à la femme objet. Un sexisme tenace longtemps retrouvé dans les salons automobiles jusqu’à aujourd’hui. Des femmes mises en avant pour faire vendre. Les choses évoluent-elles ? Cette pub sexiste de Volkswagen met un bon coup de frein en entretenant les clichés.

Je sais bien que les mini SUV du genre T-Roc sont vendus majoritairement aux femmes. Mais être prêt à le vendre de la pire des façons afin d’attirer la clientèle masculine, je trouve cela bien décevant.

Et à ceux qui me diraient « C’est du second degré ». Je répondrais « C’est marrant qu’à chaque fois qu’un message est un peu crapoteux, on appelle ce bon vieux second degré à la rescousse ».