Ca y est. La fusée est sur sa rampe de lancement. Enfin. Après cinq ans de gestation, la nouvelle Alpine est apparue, dans sa livrée définitive, sur son (petit) stand du salon de Genève et sera commercialisée en fin d’année.

Alpine
Nouvelle Alpine Renault au salon de Genève 2017

On a découvert, à l’occasion de la manifestation, sa ligne, proche de la berlinette A110 dont elle s’inspire et dont elle reprend également le nom. Mais on a aussi découvert en Suisse son architecture et ses données techniques. Des données qui donnent envie de se glisser dans les jolis et très légers (13,5kg) baquets spécialement conçus par Recaro pour la voiture de Dieppe, fief de la marque depuis son origine. Au menu de la fiche technique de la nouvelle A110 : un poids ultra contenu de 1 080 kg, un châssis en alu, un tout nouveau moteur turbo 1.8L de 252 ch et une boite auto à double embrayage concoctée par Getrag. Le moteur est en position centrale-arrière ce qui laisse augurer d’un parfait équilibre et d’un gros plaisir de conduite.

Voilà pour les compliments. Car l’intérieur est un poil moins folichon. La planche de bord est recouverte de cuir, ce qui ne dénote pas dans une auto à 55 000 euros. Mais les compteurs ressemblent fort à ceux d’une Megane à 24 000 euros et les commandes de la radio sont héritées de la Clio à 13 000 euros. C’est fâcheux. Certes, en d’autres temps, certaines Ferrari disposaient des commandes d’une Fiat. Et la Maserati Granturismo du système multimédia d’une Peugeot 407. Pourquoi pas ? Sauf que ces marques là ont une aura, un prestige qu’Alpine n’a pas forcément. En France, son image est indéniable. En Europe, les amateurs de sport automobile s’en souviennent et certains collectionneurs en détiennent. Mais sur le reste de la planète ? Les exploits d’Alpine en championnat du monde des rallyes remontent aux années 70. Il va donc falloir redorer le blason de la sportive française. Car Renault son proprio entend bien gagner de l’argent avec son petit coupé concurrent d’une Porsche Cayman autrement mieux connue. Une nécessité de faire des bénéfices qui va déterminer le futur d’Alpine qui compte bien ne pas s’arrêter à sa berlinette. Un SUV est dans les cartons et son sort dépendra du succès de la première née. Un succès que l’on souhaite évidemment énorme.

3 choses à savoir sur la nouvelle Alpine

1/ Nouveau moteur :

La nouvelle Alpine est animée par un 4 cylindres 1.8 TCe (moteur turbo), dérivé du 1.6 TCe de la Clio 4 R.S. La puissance atteint 250 ch. Chrono annoncé à 4,5 s sur le 0 à 100 km/h.

2/ Aérodynamisme 

Alpine a effectué un travail considérable sur l’aérodynamisme de sa Berlinette. A noter : la présence d’un fond plat et d’un diffuseur arrière pour réduire la traînée et améliorer la vitesse de pointe.

3/ Légéreté

Avec la nouvelle A110, Alpine a cherché la légèreté pour améliorer les performances et l’agilité. Ainsi, la plateforme et la carrosserie ont été réalisées en aluminium, tandis que les sièges ont été allégés au maximum (13,1 kg chacun).