La Peugeot 508 s’offre un break

0 Lien 0

Elle a renouvelé le genre dans sa version berline coupé. La nouvelle Peugeot 508 va t-elle révolutionner le break avec cette déclinaison SW ? Réponses

Essai de la Peugeot 508 SW : en route vers le premium

Apparue au printemps dernier, la Peugeot 508 renversait la table de la berline à papa. A la place d’une traditionnelle tricorps qui ne séduit plus grand monde, le Lion proposait une berline aux allures de coupé, avec vitres affleurantes, arrière plongeant et face avant agressive. De quoi rajeunir son public. C’est aujourd’hui sa version break, baptisée SW (station wagon) qui apparaît. Vendue 1 300 euros de plus que sa petite sœur, elle perd évidemment son côté coupé, même si les designers ont réussi à préserver son harmonie tout en augmentant la taille du coffre qui en devient également plus facile d’accès.

Un habitacle design

Mais si la malle gagne au change, l’accès aux places arrière n’est pas modifié. Il faut toujours se contorsionner pour y accéder. L’élegante chute de toit est toujours au rendez-vous et l’allongement du coffre n’y change rien. Heureusement, une fois installé, tout va mieux. La garde au toit est raisonnable, à condition de pas être basketteur. A l’avant, la planche de bord est similaire dans les deux versions et très proche de l’ensemble de la gamme Peugeot. Avec le fameux I-cockpit, avec ses compteurs au dessus du volant. On retrouve également les compteurs numériques, le grand écran multimédia et les petites touches façon aviation. Le tout est fabriqué dans des matériaux solides et assemblés d’une façon qui lorgne de plus en plus vers le premium, l’objectif avoué de la marque.

Une excellente boite EAT8

Côté motorisation, deux moteurs essence se disputent les faveurs des conducteurs : le 180 et le 225 chevaux. Trois motorisations diesel : le BlueHDi130, la version 160 ch et la version 180ch leur volent la priorité, histoire de rappeler que le gazole n’est pas mort. Seule la version 130 peut recevoir une boite mécanique. Toutes les autres sont associées à l’excellente boite EAT8 qui a déjà fait ses preuves sur la 308 et le 3008. Le BlueHDi 130 est un moteur bon élève et sans excès : son couple lui offre des reprises au plus bas régime, ce qui le rend parfait en ville. Et ses relances lui ouvrent les portes de l’autoroute avec une consommation de moineau (6 litres en moyenne). Côté conduite, on est en terre connue chez PSA, spécialiste reconnu du « toucher de route » comme le définissent les ingénieurs maison. Un toucher qui est une combinaison parfaite entre le confort et la tenue de route. Avec, en prime pour les deux modèles de 508, un train avant aussi léger qu’incisif.

Prix : à partir de 33 600 euros

Pas encore de commentaire, soyez le premier à poster !

Réagissez sur cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.