C’est en Espagne que j’ai testé l’UX, le premier SUV compact de Lexus, marque « premium » du groupe Toyota. Un SUV avec une nouvelle motorisation hybride de 184 ch. Un rival de choix pour les Audi Q3, BMW X1, et Volvo XC40.

Essai Lexus UX

Lexus UX : un SUV très maniable

Urbain qu’y disent. Ce nouveau Lexus UX serait donc un SUV urbain. Sauf qu’avec 4,49m de long, le beau bestiau est plus à l’aise sur la route que dans les ruelles de la Contrescarpe. Du coup, si comparaison n’est pas raison, il est plus proche d’un BMW X1 et d’un Audi Q3 que d’une voiturette sans permis. Ce qui ne l’empêche pas d’être maniable : pas besoin d’être CharlotteAuVolant, dont les inestimables qualités de pilotage sont notoirement connues, pour manier l’engin. Le rayon de braquage de 5,6 du crossover japonais est plus qu’impressionnant et sa douceur de fonctionnement est plus qu’intéressant en ville. Douceur et silence, puisque l’UX est un hybride qui démarre tranquillou, et fait ses premiers tours de roues dans un silence électrique. Mais si la mécanique de l’auto est douce, on ne peut pas en dire autant de ses lignes. Anguleuses, torturées, elles viennent rappeler qu’elles sont signées Lexus. Une maison (filiale haut de gamme de Toyota) qui s’est fait une spécialité dans le dessin compliqué, en épargnant pas un cm de carrosserie. Tout est anguleux et spectaculaire, quoique un poil plus sage que ces grands frères RX et NX. Car ce nouveau SUV est le troisième et plus petit de la bande.

Lexus

En faisant le tour de la bête, on passe inévitablement par la malle arrière, et mu par une curiosité légitime, on ouvre le coffre. Enfin on pensait tomber sur un coffre. Mais en fait, on est plus proche de la boite à gant. Avec 265L, il est plus petit que celui d’une Clio. La faute aux batteries, on en convient, mais si quatre occupants, ou une Charlotteauvolant seule, décident de partir en vacances en Lexus, il leur faudra laisser à la maison les 17 tenues indispensables et se contenter d’un unique maillot de bain pour tous.

Lexus

Lexus UX : de belles qualités

C’est qu’hormis le coffre famélique, les quatre occupants sont parfaitement à l’aise dans cet UX, dont l’habitacle est aussi reposant que sa carrosserie est torturée. La planche de bord est même très sage. Jusqu’à ce que l’on pose le regard sur la console centrale ou ca se bouscule. Il y a en pour tous les doigts, des boutons en veux-tu en voila, et même un pad façon ordi portable pour diriger les 86 453 menus de l’écran de 10,3 pouces pas du tout tactile. Une complication abandonnée par la plupart des marques premium, hormis Mercedes et, bien évidemment, Lexus. Reste qu’au bout de quelques jours d’initiation (vaut mieux prévoir des RTT) on sera parfaitement habitué au maniement de l’affaire, inversement proportionnel à celui de l’auto.

Lexus

 

Direction parfaitement asservie à la vitesse, châssis au petit poil sont raccord avec le nouveau moteur hybride. Un 2L hybride qui, aidé de ses batteries qui encombrent le coffre, développe 184ch sans broncher. Mais qui font quand même broncher, ou plutôt hurler la boite auto à convertisseur de couple qui ne supporte pas les brutes. On est prié de lui demander gentiment d’accélérer, car un enfoncement frénétique de la pédale d’accélérateur la fait couiner comme un pauvre chat dont la queue est coincée dans une porte. Mais même dans ce domaine, une spécialité du groupe Toyota, les progrès sont majeurs, car tous ceux qui ont essayé les boites similaires des premières Prius en gardent un traumatisme durable.

Lexus

Le SUV Lexus UX : plus fort que ses concurrents

Mais au final, et malgré un coffre ridicule et une boite pas encore au niveau des meilleures, ce Lexus UX est bourré de qualités et se montre même supérieur à ses concurrents. Son châssis épatant et ses qualités de finitions font rougir quelques allemands. Et le japonais leur porte l’estocade avec un prix d’entrée de gamme canon à 36 400 euros. La triplette BMW-Audi-Mercedes est à peu près au même tarif, mais côté équipements, c’est morne pleine en Germanie, et un passage obligé par le catalogue d’options aussi fourni que chérot. Pas de ça chez Lexus où le moins cher des UX a presque tout ce qu’il faut, là ou il le faut.

Lexus