Carlos Ghosn, Renault et moi

0 Lien 0

Lorsqu’on a la chance de rencontrer Carlos Ghosn et de passer dix bonnes minutes en sa compagnie dans le cadre du Mondial de l’Automobile 2016, on en profite. C’est ce que j’ai fait, en lui posant quelques questions, notamment sur les femmes dans ce secteur hyper-masculin. Chez Renault, le quota de 40% de femmes qui doivent obligatoirement siéger au conseil d’administration doit être respecté dès le 1er janvier prochain. Or, le patron du losange avoue qu’il n’est pas dans les clous, « mais on y travaille », m’a-t-il confié. Il ne reste plus que trois mois pour se conformer à la nouvelle loi, car après ce délai le risque est gros : celui de voir retoquer tout le conseil pour non-conformité et de voir les jetons de présence des membres (leur salaire) suspendu. Un retard à l’allumage curieux alors que cette volonté de parité est une décision de l’Etat.  Un Etat qui, justement, détient 15% des parts de Renault.

Anne-Charlotte Laugier et Ghosn

Je lui souffle à l’oreille ses futures grandes décisions…

Carlos Ghosn : « Aucune impasse technologique »

Autre retard à l’allumage de la part de Carlos Ghosn : l’hybride que le président de Renault-Nissan avait rejeté durant des années. Misant tout sur l’électrique, il a été le dernier patron de l’industrie auto à encourager cette technologie. C’est désormais chose faite et le boss reconnaît enfin que « ce n’est pas une impasse technologique ». Le nouveau Scenic est disponible en électrique + diesel, la Megane le sera sous peu et d’autres modèles en passeront par là. Pour autant, le 100% électrique n’est pas sur la touche.

renault-zoe

les voitures électriques, même si leurs ventes augmentent, n’ont pas le succès prévu. La faute à qui ou à quoi ? « Au manque de bornes de recharges », estime Carlos Ghosn. Un peu comme si, lors de l’avènement des voitures thermiques, on avait oublié de construire des stations-services.

La Zoe est présentée au Mondial avec une batterie plus puissante qui lui offre 400 km d’autonomie. Une nouveauté qui permet à Renault de faire face à l’Ampera E d’Opel, qui revendique le même chiffre. Pourtant les voitures électriques, même si leurs ventes augmentent, n’ont pas le succès prévu. La faute à qui ou à quoi ? « Au manque de bornes de recharges », estime Carlos Ghosn. Un peu comme si, lors de l’avènement des voitures thermiques, on avait oublié de construire des stations-services. Des aléas, des retards et des changements de pied qui n’empêchent pas Renault d’enregistrer la plus forte croissance du monde de l’automobile depuis deux ans et de débarquer au Mondial avec pas moins de 5 nouveautés. Un deuxième record.

Pas encore de commentaire, soyez le premier à poster !

Réagissez sur cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.