BestOfBelron 2018 : « Changer des vitres chez Carglass est un métier gratifiant »

0 Lien 0

« Ce n’est pas plus difficile que dans un centre Carglass, mais la compétition fait monter le palpitant. Je parais calme mais, en fait, je tremble comme une feuille ». Thomas Bussière, champion de France de remplacement de pare-brise, a retiré les lunettes de sécurité qu’il portait encore lors de son avant dernière épreuve du BestOfBelron (B​o​B pour les aguerris). Il garde malgré tout un visage sans expression de joueur de poker.

–> Vidéo : la technique de Thomas Bussière pour poser un pare-brise

 

Il est debout, dans la salle de repos, concentré et affûté, le regard tendu sous sa barbe noire et ses cheveux de même couleur, et débriefe laconiquement sa toute fraîche épreuve du changement de vitre latérale, entouré de ses coachs qui  le suivent depuis 6 mois. Deux trimestres pour le préparer à ce championnat du monde où 30 candidats s’affrontent. Cet après-midi,  le jeune français de 27 ans, chef d’équipe au centre Carglass de Limoges, achèvera la compétition par l’épreuve reine : le remplacement du pare-brise. Un élément de sécurité clef sur une voiture. Jusqu’à présent, il a évité tous les pièges et bluffé les juges qui ont été « épatés par son sens de l’organisation et sa minutie ». Alors, il y croit encore : « j’ai un état d’esprit de gagnant et j’ai envie de rapporter ce trophée dans mon pays, pour la France ». Le gagnant remporte une année de salaire. Une perspective motivante au-delà de la fierté de passer maître en la matière. Mickaël Oiry, responsable technique régional et coach du champion tricolore, prend le relais et égraine les trois qualités indispensables pour remporter la compétition BestOfBelron qui se déroule tous les deux ans dans des endroits différents du monde : « la rapidité, le respect des process et la qualité finale de restitution des véhicules ». Hélène Sidot, psychologue et préparatrice mentale de Thomas, explique ce qu’il a fait de façon très concrète ces six derniers mois : « il a été mis en difficulté tout au long de ces mois, avec des épreuves imprévues, à la fois physiques et mentales. Par exemple, je lui ai demandé de raconter une histoire tout en changeant un pare-brise ».

Best of Belron 2018

13.30h. Entrée dans l’arène des 30 candidats venus du monde entier qui trottinent jusqu’à leur stand sous les ovations des tifosi à l’énergie d’une tribune de coupe du monde de foot. Top départ, le silence se fait dans la grande salle du centre de conférence de Francfort. Thomas a chaussé ses grandes lunettes de technicien et discutent avec les juges comme s’il s’agissait de ses propres clients. L’un des deux est une femme et c’est la seule touche féminine de la compétition. « Pourtant une fille est tout à fait capable de changer un pare-brise grâce à l’outillage moderne », confie Stéphanie Fallas, DLE (Directrice du leadership et de l’engagement). Un titre, et une fonction, que Carglass a tenu à mettre en avant et qui remplace celui, plus traditionnel de DRH. Une manière de souligner que, chez le leader du secteur, les collaborateurs sont la clef de voûte de l’entreprise. Des collaborateurs et de futures collaboratrices que Stéphanie entend bien recruter. « Mais les femmes ne savent pas forcément que ce métier leur est ouvert alors qu’elles ont toutes les qualités requises pour réussir  : minutieuse et consciencieuse».

Best of Belron 2018

14h. Thomas, tel un robot, déroule son plan d’action et vérifie chaque point de contrôle au fur et à mesure. Ses gestes sont fluides, précis, et lorsqu’il applique la colle, c’est de l’art. « Preuve qu’un métier manuel, ça peut être beau », s’exclame, impressionné, Eric Girad, DG France de Carglass depuis 13 ans. « A travers ce championnat, on met en avant le travail de techniciens. Ce sont eux les vrais stars. Et en engageant ici les meilleurs des meilleurs, nous donnons envie à nos autres collaborateurs de réussir. Cet événement n’a pas été créé pour les médias mais pour les techniciens qui ont des vies entre leurs mains lorsqu’ils apposent un pare-brise ». 15h. Des applaudissements retentissent sur les stands concurrents. Certains ont déjà fini l’épreuve. Thomas ne lâche rien. Jusqu’au bout il applique la colle qui sort d’un grand pistolet avec doigté et jusqu’au bout les fans le regardent comme ils regarderaient un film à suspens et un numéro d’acrobate. Un travail bien fait, des gestes parfaitement précis, un plan qui se déroule sans accroc : observer comment réparer un pare-brise apporte, de manière surprenante, une réelle satisfaction. C’est peut-être pour cette raison que le BestOfBelron suscite de plus en plus d’engouement. Loin de l’image du garagiste bedonnant et tâché de cambouis, tous les techniciens du pare-brise sont musclés, élégants et souriants. Tels des virtuoses, leurs gestes paraissent faciles, sans demander le moindre effort. Et l’on imagine la joie du client à la remise des clefs. « Se rendre dans un centre pour changer de vitres est fastidieux pour les automobilistes, explique Patricia Millet, Directrice de la formation chez Carglass. Nous devons montrer que pour nous, réparer c’est rendre service. Et aussi, qu’être technicien de vitrage est un métier gratifiant ». Le clan français applaudit. Eric Girard prend le champion dans ses bras. Thomas Bussière termine finalement 4ème de la compétition. Beau joueur, il conclut « je suis très fier d’avoir représenté la France à Francfort à l’occasion de cette grande compétition mondiale et d’avoir obtenu la 4ème place sur les 30 candidats que nous étions. Le BoB est un challenge incroyable auquel je suis heureux d’avoir participé. Le niveau était très élevé et l’entraînement que je mène depuis 6 mois a porté ses fruits. Je tiens à féliciter mon collègue américain pour sa première place sur le podium ».​

 

Pas encore de commentaire, soyez le premier à poster !

Réagissez sur cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.