10 astuces pour gérer sereinement les embouteillages

1 Lien 0

Les embouteillages, tout le monde déteste ça. On s’ennuie, on fatigue vite, surtout quand on possède une voiture à boite manuelle. On freine, on accélère, et on re-freine. Pourtant, derrière ce petit tracas du quotidien, les embouteillages peuvent être vus comme un gain de temps, voire un privilège. Vous ne me croyez pas? Lisez cet article et on en reparle. 

Ah les bouchons, quelle perte de temps! Avec une moyenne de 23h/an passée dans les bouchons, les automobilistes français n’ont pas trop à se plaindre. Seuls les franciliens ( 65H/an) pourront – un peu – tenir tête aux Moscovites ( 91h/ an dans les bouchons ) et aux habitants de Los Angeles ( 104h/an ).

Si l’impact environnemental et économique est indéniable, cette perte de temps pèse sur le morale des automobilistes. L’ennuie, l’impatience souvent accompagnée de colère et quelques fois la tristesse de passer trop de temps dans sa voiture au détriment de sa vie, ne rendent pas forcement joyeux. Pourtant, les embouteillages, ça peut être très utile pour votre vie de tout les jours ! C’est parti pour 10 raisons d’aimer les embouteillages, parce qu’ils ne demandent que ça.

1) Les embouteillages, c’est un truc de privilégiés

Oui oui, vous avez bien entendu. Les parisiens qui ont connu ce mardi 6 juin 2017, la pire matinée sur le réseau routier depuis le début de l’année, ne seront sûrement pas d’accord avec moi. Pourtant, s’il  faut choisir entre les bouchons ou les transports en commun français, le choix est vite fait. Alors on ne se plaint pas, après tout nous sommes des privilégiés. Pensez à ceux qui souffrent dans les transports tous les jours. Ils aimeraient tellement être au volant plutôt qu’à coté d’un voisin à l’hygiène de vie plus que douteuse.

2) En plus, c’est une super raison pour être en retard

« Excusez moi du retard, il y avait un trafic monstre ce matin. » Ça a bien plus de classe que «  Excusez moi, le trafic était interrompu sur la ligne 6 du métro parisien. », ce à quoi votre patron répondra « comme d’habitude ». Et il n’a pas tord. C’était déjà le cas il y a deux jours… et encore deux jours avant… etc… Sur ce coup, la RATP sait être ponctuelle. Si votre patron vient en voiture au bureau – ce qui est souvent le cas car, le métro, trop peu pour lui! – il sera soudainement beaucoup plus compréhensif. En fait, lui même vient tout juste d’arriver, mais bon comme c’est le patron, on ne peut rien lui dire.

3) Dans les bouchons, on fait des rencontres !

La solitude nous suit partout. Oui, même en écoutant de la musique, nous sommes seuls. Pourtant, les êtres humains restent des animaux très très sociables. Si le trafic n’avance vraiment pas, regardez votre voisin de voiture. Si lui aussi est seul dans son auto, pourquoi ne pas engager la conversation. Avec un peu de chance lui aussi voudra vous parler, gratter une cigarette, ou un gâteau. Parlez de tout et de rien. Si vous êtes célibataire, vous pouvez même rencontrer l’amour. Mais ne vous faites pas trop d’idées hein, c’est pas le monde des bisounours ici.

4) Le trafic, ça laisse plus de temps pour faire votre petit karaoké rituel

Qui n’aime pas chanter en conduisant ? Seule activité autorisée – même si tout le monde fait autre chose en conduisant, on va pas se le cacher (téléphoner, bouquiner, envoyer des sms)- au volant, écouter de la musique, ça détend. Au point même que, pris dans votre solo de batterie imaginaire, les 40 minutes d’embouteillages que vous affrontez passeront comme une lettre à la poste. Après, il ne reste plus qu’à espérer que vous arriviez avant votre courrier.

5) Parce qu’on peut se cultiver

Vous voyez cette personne à coté de vous sur le périphérique de n’importe quelle grande ville, qui parle toute seule dans sa voiture? Et bien, soit elle s’ennuie, soit elle débat avec elle même en écoutant une radio d’informations. Et oui, pour certains, faire un karaoké en voiture, c’est pas trop leur truc. Mais débattre et accumuler de nouvelles connaissances, pas de soucis !  Alors oui, ça impose de passer pour une personne qui n’a pas d’amis dans la vraie vie, mais c’est déjà mieux que d’être derrière son volant, en train de jouer de la batterie imaginaire.

6)  Parce que c’est un bon exercice pour garder sa patience 

Je suis impatient. je le reconnais, je plaide coupable. Mais à mon avis, je ne suis pas le seul. Alors, si vous aussi vous voulez apprendre à avoir de nouveau de la patience, adoptez une attitude zen au volant. Surtout dans les bouchons. Pourquoi ne pas faire un peu de yoga, avant – voir meme pendant – votre trajet. Vous serez alors détendu et attendre calmement sera votre meilleure qualité. Car pour ne pas s’énerver contre la mamie qui est devant vous et qui n’avance pas, il faut en avoir de la patience. Mais, comme on dit: tout vient à point à qui sait attendre.

7) 23h, ça laisse beaucoup de temps pour penser

Et c’est temps mieux. Parce qu’entre les enfants, le travail, les amis et la famille, difficile de trouver du temps pour  soi. Notre train de vie nous empêche de se focaliser un instant sur soi-même. Mais au lieu d’essayer de comprendre pourquoi il y a autant de monde sur la route, pensez plutôt à vous. A ce qui vous fais envie. Pourquoi pas un petit massage ou une petite sieste en rentrant. Ah oui vous n’êtes pas contre pour faire une pause dans votre grosse journée. Mais, Il va falloir faire sans car, une fois en dehors de votre voiture, la vie reprendra son cours infernale. La sieste en voiture, ce n’est pas pour tout de suite, sauf si vous avez une tesla. Vous n’en avez pas? Oui je sais, c’est injuste.

8) Ca peut entretenir votre mémoire

Si vous trouvez que votre mémoire vous fait défaut, un petit blind test – en gardant les yeux sur la route bien-sur – vous permettra de refaire surgir, peut être, de vieux souvenirs que vous aviez oubliés. Compter le nombre de voitures bleues, vertes jaunes et tout autre couleur, que vous croisez dans le trafic, peut aussi faire votre exercice de la journée. Après tout, c’est un moyen comme un autre d’entretenir vos cellules grises.

9) Les bouchons c’est amusant pour vos enfants

Les enfants sont toujours assez excités de partir en vacances. Et vous savez que vous allez en prendre pour votre grade dans la voiture . Décidés à vous épuiser à coup de « On arrive quand? », de pleures, de rires, de cries – autant d’eux que de votre part – la route des vacances n’est pas de tout repos. Pourtant parti à 5h du matin de chez vous, ils ne sont pas près de s’endormir… Et vous d’arriver. Le trafic est chargé, il fait chaud. Bref toutes les conditions sont réunies pour que faisiez un ulcère avant d’arriver à bon port. Mais pour calmer les petits monstres présents sur la banquette arrière, le jeu le plus simple est souvent le plus efficace. Demandez-leurs de compter le plus de voitures rouge – une couleur qu’on ne croise pas à tous les coins de rues mais qui reste fréquente – afin d’avoir un peu de paix. Ils sont soudainement trop préoccupés pour vous embêtez. Vous entendez? Ça fait du bien un peu de calme…

10) Le trafic, c’est fantastique

Contrairement au plastique, le trafic c’est vraiment cool. Pour peut qu’on ait un peu d’imagination, ce moment qui pourtant devrait être ennuyant et énervant, devient un jeu. Pour vos enfants, mais aussi pour vous, vos amis et votre famille. Car, si une voiture possède 4,5 voire 7 places, c’est pour une raison. Et vous finirez forcement par être pris dans la circulation ,car on ne peut pas y échapper éternellement. A vous alors de montrer à vos proches, vos petites techniques pour que le temps défile plus vite. A moins que en ayez déjà parlé lors du repas de famille de dimanche dernier.

C’est sûr que passer moins de temps en voiture, ça serait un peu mieux. Mais plutôt que de voir le coté négatif, regardez plutôt avec attention le côté positif de la congestion. À la clé? Des souvenirs avec des amis, de la famille ou tout seul, des enfants qui ne vous embêtent pas, du temps pour penser à soi même et pour se cultiver. Eviter quand même de penser à votre existence. Croyez-moi, vous ne voulez pas… Ca ne vous suffit pas? Dommage, il va falloir vous en satisfaire.

TEXTE : Yanis Darras

1 Comment
  • Juliette
    juillet 20, 2017

    Eh bien, c’est génial de le prendre ainsi. Zéro stress ! J’aime bien votre façon de penser. De mon côté, je profite des embouteillages pour planifier ma journée. C’est un gain de temps. 🙂

Réagissez sur cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.